Les Chroniques d'un Hifiste

Tests pour vérifier la qualité de reproduction de votre chaîne Hifi.

 

Écouter une chaîne haute fidélité sans éléments de comparaison nos fait entrer en plein dans le chapitre épineux de la subjectivité.

Le test qui va suivre est conçu pour révéler les performances de votre équipement audio sans avoir de matériel de mesure, ni l'avis d'intervenants plus ou moins compétents.

La source de ce morceau musical est un enregistrement sur bande master en direct microphones/magnétophone. Cet enregistrement d'une Harpe en plein air va nous faire découvrir ce que notre chaîne Hifi est capable de reproduire et de mieux comprendre le codage de l'information numérique.

 

L'enregistrement est réparti en quatre qualités de codage qui contiennent une multitude de micros informations tels que le vent, les oiseaux, le passage de doigts sur les cordes.

Au fur et à mesure de la baisse de qualité du codage numérique, ces micros informations vont s'atténuer ou disparaître. Par effet inverse l'augmentation de qualité est un formidable test pour mesurer les performances de votre équipement.

- 1er morceau MP3 16k (75Ko)

Ceci est le niveau minimal pour supporter le label Hifi, suffisant pour les hauts parleurs de bureau et la majorité du matériel de sonorisation. Si vous n'écoutez pas la différence sur les 3 morceaux suivants, il est impératif de changer de matériel.

-2 eme MP3 48k (298Ko)

Définition traditionnelle correspondant à une chaîne Hifi correcte sans plus.  Si vous n'écoutez pas la différence sur les 2 morceaux suivant, sachez qu'il existe bien mieux que votre chaîne actuelle sans dépenser une fortune pour se faire plaisir.

-3 eme OGG Vorbis (435Ko)

Le détail devient fabuleux, le bruit de fond du grave devient du vent sur le micro, des notes dans le haut du spectre de le harpe apparaissent et on découvre les plans sonores, l'instrument à 50cm en arrière de la face avant de vos enceintes (ni+ ni-) et au loin les petits oiseaux.  Si vous n'écoutez pas la différence avec le dernier morceau suivant, votre chaîne est de haute qualité et pour faire mieux, il va falloir ne pas lésiner sur la dépense.

-4 eme Wav 96k (7123Ko)

Enregistrement en qualité optimale, le détails, la bande passante, les transitoires dépassent largement ce que le meilleur matériel peut reproduire, Essayer les meilleurs casques audio, comparer des enceintes devient facile, attention de ne pas attraper le virus de la Hifi.

                                              - Le 4eme  fichier au format Wav est volumineux, patience pour le téléchargement et l'ouverture

                                              -  Pour enregistrer les morceaux du test, cochez les cases désirées et cliquez sur télécharger

                                              - Utilisez un lecteur qui accepte le OGG Vorbis

 

 

Un peu de papotage sur la Hifi

                                    

 

Cette rubrique est régulièrement mise à jour et en évolution, ces informations et conseils sont gratuits, vos dons sont une aimable façon d’apprécier mes propos et de m'encourager a continuer.

 

Sauf rares exceptions, un amateur de Haute fidélité et de musique est quelqu'un de bonne fréquentation.

La HIFI qui avait "explosé" dans les années 70 s'est aujourd'hui transformée en deux catégories :

- Les mordus de Home cinéma

- La Haute fidélité de prestige ou les prix ne veulent plus dire grand chose..

Le Home Cinéma est le prolongement naturel du plaisir et du ressenti sonore de la HIFI, découvrir sur une chaîne Hifi de qualité la bande son de films comme Kill Bill ou Prédator 1, certes c'est arrangé et fanfaron mais quel pied!. Nous allons revenir sur ce sujet abondamment et en détails un peu plus loin.

J'ai acheté mes premières "Revue du Son" en 1972 au lycée et c'est à ce moment que le virus m'a contaminé. HIFI 2000, Musique et Technique, Parnasse Hifi, les boutiques du  nirvana du Hifiste. Avec cette bonne odeur de matériel neuf, l'odeur des JBL neuves, Ha! ça y est je suis atteint...

De nos jours lorsque j'ai un peu de temps à perdre, j'achète une revue de HIFI et là, j'hallucine.Voilà un monde où le son des câbles se mesure à coup de centaines d'Euros et où se côtoient des amplificateurs qui coûtent plus chers qu'une voiture et des enceintes filiformes à 5.000 voire 15.000€.

Je comprends pourquoi le marché de l'occasion se porte bien, car si j'ai bien saisi le message, pour apprécier un morceau de musique, il me faut après un rapide calcul presque 50.000 euros pour que ce soit à peu prés bon.

En Provence, le dicton "pôvres Couillons" est encore d'actualité.

Le grand auditorium de SON HIFI PASSION
Le grand auditorium de SON HIFI PASSION

Définitions et critères de la Haute fidélité

 On peut facilement interpréter la Haute fidélité comme l'art et la manière de s'approcher par la retransmission de notre chaîne sonore le plus possible du signal original. 
Les normes DIN qui définissaient les performances minimales d'une chaîne Hifi dans les années 60 ne comprenaient pas tous les critères nécessaires pour définir vraiment une reproduction en Haute fidélité. En effet si la réponse en fréquence, la distorsion, le rapport signal/bruit et la dynamique sont présents, il manque d'autres principaux paramètres mesurables qui sont :
- la restitution des micros informations
- le niveau omnidirectionnel général des fréquences reproduites (*)
-la réponse impulsionnelle et le traînage.
-le rendement
Ces normes DIN et l’appellation "Hifi" ne veulent plus dire grand chose de nos jours mais elles ont eu leur rôle de démocratisation.

L'évolution et le plaisir de l'audiophile

 En un peu plus de quarante années d'exercice dans le métier de la HIFI, j'ai bien sûr écouté et changé des centaines de modèles.

 Ma première chaîne Haute Fidélité était composée d'une platine Thorens, d'un ampli Sansui et d'enceintes AR  achetée chez "Parnasse Hifi" Paris XIV (importateur de Sansui & Mc intosh et constructeur des magnétophones Hencot ).

Certes, il y a eu de l'évolution mais pas de révolution technologique en dehors du support comme les CD, ma première chaîne pourrait damer le pion à bien des modèles récents. Un amplificateur de 2018 n'est pas à l'écoute bien supérieur à un Sansui AU 555. Une Thorens TD 150 reste une excellente platine vinyle et des enceintes Acoustic Research 4X ne sont pas ridicules en comparaison à ce qui se vend maintenant dans les rayons et sur internet.
En fait, la baisse des prix liée à la généralisation des produits Haute Fidélité a tiré vers le bas la qualité générale (finition, matériaux).
La puissance si elle a augmentée n'est pas synonyme de qualité de restitution sonore. Si celle-ci augmente encore, on va bientôt pouvoir se chauffer avec.

Le progrès est ailleurs, dans  les sources sonores multi-canaux avec l'arrivée du digital (ou numérique) et les multiples streaming sur le web. 
L'énorme bond en avant est celui des cartes son numériques, votre préamplificateur est obsolète désormais toutes les fonctions classiques sont incluses dans les logiciels avec en prime, la suppression des bruits de fond, de rumble et de rayures de disque. Et si, il y a quelques temps, un disque vinyle avec ses "pets" et saletés sur la pointe de lecture ne me dérangeais pas trop, aujourd'hui, cela me gâche le moment.
Certaines cartes son sont conçues spécialement pour les audiophiles comme l'ASUS xonar avec des connections RCA et une sortie casque à haut niveau.
La beauté et l'historique de certains préamplificateurs font frémir certains puristes, mais à quoi bon lutter devant une telle avancée.

Le PHASE LINEAR 4000, un des plus beaux préamplificateurs du marché de la Hifi,
Le PHASE LINEAR 4000, un des plus beaux préamplificateurs du marché de la Hifi,

L'acoustique du local d'écoute

Il y a eu de nombreuses parutions sur ce sujet, les lecteurs restent sur leur faim, avec le sentiment d’être un ignare.
Pour vraiment bien comprendre ce qui se passe, je vais essayer d'éclairer vos lanternes.
En premier, la réflexion des murs, plafond et sols, entre une piscine et un théâtre, un hall de gare et un salon garni de moquettes et tentures, nous avons tous entendu la différence. Maintenant, le son de votre voix, c'est un instrument merveilleux avec un peu d'entraînement, il  va vous permettre de discerner les principes de Dame Nature.
Lorsque vous claquez des mains ou faites entendre votre forte voix dans une pièce, vos oreilles captent ce qui se passe avec les ondes acoustiques.
L'écho est un phénomène bien connu et sans être dans les montagnes tyroliennes, le retour de votre signal sonore vous renseigne sur la dimension de l'endroit où vous êtes. Quand vous parlez dans un volume clos, ce même retour vous transmet la résultante de l’absorption du milieu et sa taille. Pour bien saisir mes propos, comparez le phénomène en parlant dans une poubelle en plastique et l'intérieur de votre lit douillet.
Votre pièce d'écoute se comporte de la même manière, elle transmet sa signature sonore. Mais ce n'est pas tout, les résonances parasites et autres vibrations viennent entacher le signal sonore de votre chaîne Haute Fidélité.
Une pièce devient un résonateur avec sa fréquence propre, la signature de son volume, de sa forme et de son absorption.
Vos enceintes n'échappent pas à la règle, elles aussi vibrent et transmettent leurs empreintes sonores, on peut appeler cela la "coloration".
L'emplacement dans votre pièce des enceintes est un facteur primordial sur la courbe de réponse de celles-ci. Pour comprendre, un peu de simplicité dans la démonstration. Les ondes sonores de basse fréquences sont omnidirectionnelles et le fait de se rapprocher d'un sol amplifiera votre signal de moitié (en fait les 50% destiné à la face cachée).
Sur le sol et contre un mur, on rajoute encore 50% et encore 50% de plus dans une encoignure. Comme vos haut parleurs ne sont pas eux omnidirectionnels, mais directifs dans les fréquences élevées, ils se comportent dans une encoignure comme un pavillon de grave sans augmenter le volume des aiguës. Pour bien saisir le "message" votre boomer de 38cm suspendu au centre géométrique d'une pièce ne serra pas plus efficace qu'un 20cm dans un angle de cette même pièce. Le fait de rapprocher vos enceintes des coins d'une pièce va pallier le manque de basses de celles-ci.
Nous reviendrons sur le sujet de l'emplacement en détails plus loin dans le prochain chapitre.
Ce n'est pas fini, car en fait il y a d'autres paramètres et en particulier les sources multiples. A chaque fréquence correspond une longueur d'onde, une fréquence de 100Hz a pour longueur d'onde 3 mètres, 50Hz ; 6 mètres, soit  la vitesse du son divisée par la fréquence. Ceci explique que deux sources sonores à une fréquence basse se déphasent dans un volume d'écoute à un endroit précis et s'additionnent un peu plus loin. Vérifiez par vous même dans une boite de nuit, à certains endroits vous avez des basses puissantes et dans d'autres peu ou presque pas. C'est ce que les acousticiens appellent un nœud et un ventre.
Voila pourquoi on mesure en champ libre (plein air ou chambre sourde) une enceinte, pour faire abstraction du phénomène d’addition et soustraction du local et des résonances qui en résultent.

La traditionnelle mesure en chambre sourde présente l'avantage de faire fi des défauts propres à toutes les pièces d'écoute. Pour le technicien qui a besoin de mettre au point une enceinte, rien de tel qu'une chambre sourde, les mesures permettent d'adapter précisément les composants des filtres, la forme et l'accord des caisses aux différents haut parleurs sans effets extérieurs parasites. Ces mesures permettent de révéler les résonances et distorsions et réponses impulsionnelle impossible dans un milieu réverbérant.

Cette mesure en chambre sourde est cependant une vision limitée qui ne tient pas compte du niveau omnidirectionnel des fréquences reproduites ou autrement décrit (*) la somme de l'énergie reproduite autour du haut-parleur. Les considérables influences des parois à proximité de nos enceintes font varier du tout au tout la réponse en fréquences. Pendant un certain temps JBL faisait ses mesures avec les enceintes dirigées vers le ciel et encastrées dans le sol au niveau de la face avant comme un baffle plan infini, cette solution particulièrement judicieuse se rapproche de l'écoute traditionnelle domestique. 

Voila pourquoi une écoute en extérieur est bien souvent un test redoutable,  dehors votre modèle d'enceinte chérie se transforme en électrophone Teppaz  et hors de l'axe il ne reste plus que du grave "tuning sono de voiture".

L'emplacement des enceintes dans votre local prend maintenant toute son importance, et on comprend pourquoi certains constructeurs livrent leurs ampli "home cinéma" avec un micro de mesure pour linéariser votre point d'écoute.
Pour améliorer une acoustique de salle, on utilise un ancien principe, celui de faire opposer une surface réfléchissante à une surface absorbante. Installez l'arrière de vos hauts parleurs principaux sur une surface réfléchissante et faites leurs face à un fond absorbant. Le plafond peut réfléchir les fréquences élevées si vous utilisez de la moquette au sol. Les murs latéraux en fonction de leurs absorptions vont diminuer le taux général de réverbération et donner un son mat ou brillant dans votre pièce d'écoute.
Une acoustique brillante fatigue vite nos oreilles et les fortissimos de votre musique vont devenir très désagréables.
A l'inverse, une pièce trop absorbante, un peu comme une chambre sourde, si elle ne fatigue pas, va transformer les plans sonores de l'enregistrement stéréophonique en deux faisceaux gauche et droite sans relief au milieu, en effet la réflexion des ondes sonores au centre des enceintes qui crée l'étagement en profondeur des instruments, disparaît. Les canaux arrières et/ou latéraux d'une installation en 5.1 sont conçus pour pallier à cet inconvénient.

 

Les comparaisons en Auditorium

La majorité des auditorium de Haute Fidélité sont traités comme des vitrines et en général ne reproduisent pas les conditions acoustiques d'une salle de particuliers.

Sans être suspicieux envers tous les vendeurs de HIFI, mes remarques peuvent éviter de vous faire acheter des enceintes qui une fois chez vous ne vous donnerons pas satisfaction.

En effet, vu la quantité d'enceintes présentes dans un auditorium, on s'aperçoit que leurs dispositions privilégient le modèle à vendre en premier, avec un emplacement déterminé, au détriment d'autres enceintes sur des hauteurs, loin des angles et quelquefois déphasées.

Le déphasage* est une inversion de la polarité du branchement sur une enceinte. Ce qui a pour conséquence de faire reculer un boomer quand l'autre avance, soit une annulation des basses fréquences.

Une oreille avertie sait qu'une paire d'enceintes est déphasée, la grande majorité des auditeurs ne l'entendent pas et se contentent de penser que tel modèle a plus de basses que tel autre. Le déphasage modifie aussi la courbe de réponse dans les fréquences moyennes avec des pics et des creux modifiant ainsi la linéarité d'une enceinte.

Non pas que le vendeur soit forcément malhonnête mais tout simplement qu'il va positionner le ou les modèles de sa préférence pour se faire plaisir lui-même. Cela est aussi valable pour les morceaux musicaux choisis pour la comparaison. Je n'ose pas parler des dispatchings avec réglage de niveaux, car dans ce cas on frôle la tricherie.

Le rendement d'une enceinte est un paramètre de toute première importance car il conditionne la puissance de l'amplification. Pour bien comprendre, les 10 décibels d'écart entre une enceinte d'un rendement faible (85db/wm) et une autre à rendement élevé (95db/wm) représentent une différence de puissance d'amplification d'un facteur de 1 à 10. Ce qui signifie qu'il faut 10 watts sur la première contre un seul sur la seconde pour obtenir le même niveau sonore. Ce niveau sonore conditionne les informations musicales contenues dans le morceau écouté, une enceinte à fort rendement obtient un avantage significatif sur les autres à faible rendement par le plaisir musical reçu et les détails sonores révélés par le niveau gagné. Un auditeur néophyte va en effet porter son choix en premier sur le volume au détriment de la richesse de l'information ceci est d'autant plus accentué si cette personne aime la musique dynamique et moderne.

Ecoute comparative d'audiophiles Japonais  http://www2s.biglobe.ne.jp/~yapsys/audiokannsyou.html
Ecoute comparative d'audiophiles Japonais http://www2s.biglobe.ne.jp/~yapsys/audiokannsyou.html

Comme je l'ai expliqué dans le chapitre sur l'acoustique, l'emplacement modifie le niveau dans les basses fréquences.

Ce qui veut dire que dans un auditorium les enceintes appairées au centre sont désavantagées par rapport à celles dans une encoignure. La bonne comparaison est une disposition des modèles à hauteur égale et en position symétrique vis-à-vis des angles de la pièce.

Je ne parle pas non plus des sources sonores modélisées pour une marque et un type de musique favorisant ainsi l'enceinte du choix du vendeur. Une bonne enceinte reproduit tous les types de musique sans excès ni timbre particulier. Le vendeur, lui, est là pour gagner son salaire et les marges bénéficiaires rentrent en ligne de compte.

Oui, c'est certain! Un vrai professionnel de la vente dans son auditorium peut vous faire acheter presque ce qu'il a envie.

 

*Comment vérifier le déphasage? Une pile de 1.5 volts suffit, par son contact avec les pôles respectifs du câble des enceintes, vos boomers doivent tous se déplacer vers l'avant et revenir en position de repos a la fin du contact.

 

Bose syncom mesure en 1/4 pi/radians soit la proximité de 3 surfaces planes à 90°
Bose syncom mesure en 1/4 pi/radians soit la proximité de 3 surfaces planes à 90°

Subjectivités lors de l’écoute d’un système audio.

L’idée du résultat sonore que l’on se fait d’une chaîne Haute fidélité est largement faussée par plusieurs facteurs qui sont; la marque, le prix, la réputation, la taille des enceintes, l’endroit ou l’on se trouve, sans oublier l’humeur et l’état physique. 

Tout ceci est déjà en place dans notre inconscient avant l’écoute et sans la connaissance de ces défauts, notre jugement risque d’être fortement influencé. Notre mémoire auditive est en général mauvaise, surtout sans éléments de référence. La découverte d’un son nouveau fait appel a notre imagination pour apprécier si celui-ci est naturel ou pas, on entre en plein dans le chapitre de la subjectivité.

La célèbre écoute en aveugle, si elle est bien menée permet de comparer deux sons (au même niveau sonore) et de savoir si l’un est meilleur que l’autre sans les inconvénients décrits précédemment. Peu d’audiophiles ont réellement envie de se prêter au jeu, de peur de se sentir en porte à faux sur leurs idées préconçues et desiderata. Et pourtant l’écoute en aveugle reste le formidable outil révélateur des défauts et qualités de nos équipements audio.

Certaines marques bénéficient d’une réputation hors du commun qui réconforte le choix qu’avait fait l’acheteur, ce qui explique sa réticence a effectuer des test en aveugle. Une fois suffit à la découverte de notre faiblesse a faire la différence entre deux produits sans en connaître la marque pour voir notre égo en prendre un coup. Devant une telle révélation, la vision de ce qui est écouté nous rassure car les surprises dues au résultat nous feraient douter de leur véracité.

Cette réputation est tellement subjective que souvent les auditeurs cherchent une raison ou un prétexte au résultat du test, mauvais câbles, emplacement, acoustique de la pièce.

 

L'art et la manière de savoir écouter une reproduction sonore en haute fidélité.

Comme tous les sens que nous a donné Dame nature, l'acoustique aussi nécessite un apprentissage, la différence entre "entendre et écouter" prend toute sa valeur.

La première chose que découvre un auditeur est l'équilibre du message sonore, soit la différence de niveau des fréquences graves, médiums et aiguës. Ceci est valable pour les voix comme pour le son d'un instrument connu. Écouter le son d'un morceau musical par un instrument inconnu nous fait uniquement découvrir si celui-ci est agréable ou pas. 

Les professionnels de l'enregistrement sonore savent bien l'importance du choix du message sonore pour la comparaison des enceintes acoustiques. Ils évitent les enregistrements qu'ils ne connaissent pas et ont tous un morceau favori. Pour les néophytes, rien ne vaut un morceau connu comme un morceau symphonique ou un concert qu'ils ont déjà écouté, en direct.

L'attention se concentrera sur la découverte des différents plans sonores et les micros détails et non pas sur un instrument isolé. La reproduction des transitoires est un critère de qualité comme la focalisation en avant ou en arrière des haut parleurs. La focalisation est le point d’origine du plan sonore, certaines enceintes projettent le son en avant comme un porte-voix, d’autres gardent tout en arrière.  Il n'est pas aisé découvrir sur les premiers instants d'écoute la coloration inévitable liée à la matière des membranes.  La coloration est une bande de fréquence générée en permanence qui se rajoute au signal original, relativement facile a découvrir dans le grave et le bas médium avec un son typique de tonneau,de bassine, de boite. Cette coloration est plus discrète dans le médium et pratiquement indécelable dans l’aiguë. Sans références de comparaison, la découverte de ces colorations est difficile, voire indécelable  pour une oreille non avertie.

La présence d’une référence est un gage de fiabilité si cette référence est reconnue sans contestations.

La mise en comparaison de différents produits en test aveugle nous enrichit de connaissances et gomme les légendes sur telle marque par rapport à une autre.

La lecture de revues spécialisées dans la Haute fidélité et de leurs bancs d'essais influe grandement sur notre connaissance et recommandations. Petit à petit le fossé se creuse entre le réel et la véritable qualité des produits. 

Faites vous plaisir, comparez, écoutez et faites fi de ce que raconte les marchands, les magazines et leurs publicités.  

Méfiez-vous des marques peu diffusées ou méconnues, privilégiez celles réputées depuis longue date. Il y a florilège de nouvelles marques chaque année et la médiatisation est un outil puissant, les bancs d'essais n'engagent que ceux qui les acquiescent.

 

Le son réel et le son reproduit

La comparaison d'un son réel et d'un son reproduit est considéré comme le meilleur et ultime test pour les enceintes acoustiques. Le célèbre constructeur Dalquist a utilisé cette méthode pour mettre au point la fameuse DQ10. Quelques recommandations pour mener à bien cette comparaison :

- Ce test est de préférence effectué en extérieur pour faire abstraction de l'acoustique des locaux fermés.

- L'enregistrement par un magnétophone à bande 3 têtes (ou une carte son) se fait avec différents microphones, ce test permet également de les tester.

- Le ou les enceintes doivent se trouver à proximité de la source sonore pour obtenir les mêmes conditions acoustiques (hauteur par rapport au sol et volume sonore)

- En cas de comparaison entre plusieurs modèles d'enceintes, le niveau sonore de celles-ci se doit d'être parfaitement égal.

On peux utiliser plusieurs amplificateurs similaires pour niveler chaque enceinte testée. Un dispatching est aussi bienvenu pour la permutation.

Un peu de travail pour mettre tout cela en place mais le résultat en vaut la peine. Libre à vous d'utiliser les sources sonores de votre choix, cependant une petite panoplie d'objets générateurs de son bien précis va vous révéler les faiblesses de vos enceintes.

 

Les accessoires recommandés et redoutables pour tester:

- un seau en plastique, un verre solide et quelques clochettes et grelots et différents petits percuteurs en fer et en bois pour faire sonner tout ça, il faut exclure les instruments directifs pour ne pas écouter un son différent que reçoit celui du micro.

Quelques sélections  de micros et tests au casque pour les trier*, et vous allez pouvoir commencer.

* Comparer en premier les micros pour obtenir la plus étendue réponse en fréquence à l'aide votre meilleur casque, une fois le micro sélectionné, comparez vos casques. La qualité du signal est prioritaire pour valider ce test.

 Le test s'effectue avec un magnétophone à 3 têtes de qualité avec une faible vitesse, l'écoute se faisant avec le monitoring en position "tape" ce qui décale le signal de sortie pour l'amplificateur d'une demi seconde environ. Pour ceux qui ne disposent pas de magnétophone à bandes, une carte son fait très bien l'affaire, après avoir enregistré votre son, (en wav avec le maximum d échantillonnage) diffusez le en comparant avec l'original en retard d'une seconde environ.

Ce court décalage de temps entre la source réelle et les enceintes soustrait l'effet de la mémoire qui est faillible et ses fausses informations. En ayant fait ce test de nombreuses fois, je peux vous assurer que vous serez surpris par sa redoutable efficacité. Amusez-vous à le faire et vous comprendrez pourquoi la matière des membranes génère une coloration et son lot de distorsions. Vous obtiendrez beaucoup de surprises et bien souvent ce n'est pas l'enceinte la plus chère qui reproduit le son le plus fidèle a la source.

Ce qu'ils ne vous disent pas

Les câbles

 C'est certainement la plus grosse arnaque des vendeurs et autres 'foldingues" qui font circuler et tentent de vendre ces câbles soit disant haut de gamme.

En tout premier lieu les câbles secteurs et prise de courant ésotériques. Un câble secteur véhicule de la puissance, pas de l'audio, maintenant si vous êtes capable d'entendre la différence. Votre lampe de chevet s'allume et le type de câble (en dehors d'une section suffisante pour ne pas générer de pertes) ne changera pas l'éclairage.

Vos précieux éléments Hifi, ne verront pas la différence non plus.

Les câbles audio fonctionnent selon le même principe, l'inductance et la capacité et la résistance (LCR) sont les seuls paramètres d'un câble avec le blindage électromagnétique. Ceci est valable partout, dans les câbles microphones aux câbles haut parleurs.

D'innombrables articles sont présent sur le net et ne font que brouiller les pistes. A la mesure, la résistance du câble est un facteur primordial en atténuant une partie de la puissance transmise. Cette résistance n'est à prendre en compte qu'à partir de grandes longueurs. Certains diront que celle-ci modifie le facteur d'amortissement, c'est sans compter sur l'effet du filtre passif, et des pitoyables performances de vos enceintes.

Encore une fois si vous êtes capable d'entendre la différence entre un câble en cuivre et un autre de même taille en argent massif, vous allez devenir célèbre. Par ailleurs, à la mesure en laboratoire  la différence entre un câble et un autre (à longueur égale) est infinitésimale.

Cette énorme tapage et sujet à discordes a surement pour origine les liaisons multiples optiques et leurs conversions successives analogiques/numériques. Un article sur ces conversions et les  DAC (Digital Analogique Convertisseur) est disponible plus loin dans ces Chroniques.

Les plus connues revues sur l'audio de nos jours sont engagées aujourd'hui dans le processus de la comparaison des câbles, signe avant coureur de l'intérêt des médias ou la publicité l'emporte sur le message a laisser aux lecteurs.

Faites des essais chez vous en comparant des câbles et vous comprendrez..

 

 

Un joli graphique sur la perte des câbles en fonction de leurs longueurs, on s'aperçoit vite que pour un usage domestique du 1.5 mm2 en suffisant.

Maintenant pour les longueurs équivalente à 20 mètres, et dans le cadre de la sonorisation à forte puissance un 4 mm2 est nécessaire.

Au delà de 20 mètres, un professionnel du son trouvera des enceintes amplifiées et/ou des liaisons HF au vu du prix des câbles.

 

Source du tableau :

http://cyrille.pinton.free.fr/electroac/notions/cinema/perte_cables.jpg

La ré-aimantation des hauts parleurs

Voila un sujet qui inquiète les audiophiles et qui fait couler beaucoup d'encre. Il faut savoir que la ré-magnétisation ne concerne que les hauts parleurs avec des aimants  alnico  et les néodymes, en effet les ferrites ne se démagnétisent pratiquement pas avec le temps.

 On aperçoit sur des annonces de hauts parleurs d'occasion "re-magnétisation", lisez avec attention ce qui va suivre et vous comprendrez mieux.

 J'ai travaillé pour 3A constructeur d'enceintes et de haut parleurs et l'usine d 'Antibes était équipée d'un banc de magnétisation pour la production. Cette machine est composé d'une énorme bobine commandée par une électronique qui envoie 2 sortes d'impulsions sur celle-ci, une avec des sinusoïdes dégressives pour démagnétiser, l'autre avec des pics d'énergie sur une seule polarité pour la magnétisation. A chaque fois que l'employé chargé du travail de magnétiser faisait fonctionner cette machine, toute l'usine voyait le réseau électrique vaciller. En fait cette "bécane" est un monstre énergivore pendant environ deux secondes. Je serai agréablement surpris de voir une de ces machines chez les soit disant réparateurs de hauts parleurs.

 Lorsque j’œuvrai comme concessionnaire JBL dès 1982, les compressions, boomers et autres produits désaimantés (fait très rare) étaient envoyés en Californie à l'usine, seule capable d'effectuer cette tache particulière. La perte du champ magnétique d'un aimant alnico dans le temps est infime, le flux des pièces polaires d'un K 140 construit à la fin des années 70 se porte encore aujourd'hui comme au premier jour, et la perte infime du magnétisme de l'aimant ne change pratiquement rien. Les aimants néodymes sont par contre sensibles aux hautes températures (+ de 110°Celsius) ce qui n'arrive qu'en cas d'incendie et dans ce cas précis, le devenir du haut parleur est réglé.

 Il me semble que l'argument de la ré-aimantation ne sert qu'a ceux qui le vante. Quand à la re-magnétisation avec l'équipage mobile en place d'un haut parleur, la je reste pantois et candidat à la démonstration du fait.

Le son des lampes ou tubes électroniques

Là, c'est un peu plus complexe mais passionnant. En premier, les performances mesurées d'un ampli moderne à transistors sont incomparablement supérieures à celui d'un ampli à tubes ancien ou moderne.

La principale cause est l'utilisation de transformateurs de sortie sur les ampli a lampes, pour éviter le problème, les meilleurs électroniciens ont conçus des ampli à tubes sans transfos de sortie (OTL), ceux ci ont des performances bien supérieures.

On rentre maintenant dans un chapitre particulier celui de la contre réaction ou feedback en langue Anglaise.

Tout haut parleur traditionnel est aussi un microphone qui génère du courant quand on le fait vibrer ou déplacer la membrane. Ce courant  revient dans la boucle de contre réaction de l'amplificateur et injecte des informations parasites et les variations d'impédance qui en résultent, ceci explique qu'une résistance en série sur un boomer améliore les performances et l'écoute car cette résistance diminue ce phénomène.

Un ampli à tubes est moins sujet à cet effet de retour, par l'emploi de son transformateur de sortie moins sensible aux variations d'impédance et retour d’informations et pas les amplis à transistors qui en sont dépourvus, les audiophiles, les "vrais" savent qu'un ampli à tubes cogne très fort dans les graves, ceci explique cela. Une autre caractéristique avantageuse vis à vis des amplis à transistors est la distorsion plus progressive autour et au dessus de la puissance maximale, ce qui donne une impression d'écouter un modèle bien plus puissant.

De nombreux articles sur ce sujet décrivent les raisons de cette mode "le retour des lampes", la distorsion par harmonique paire ou impaire y est pour quelque chose. Je dirai que l'amplification à tubes lisse les gros défauts de nos hauts parleurs au détriment des performances, un peu comme un filtre qui arrondit les angles. En fait, seul le plaisir de l'écoute est prioritaire.

Pour clore le chapitre disons que tout ce que les tubes peuvent faire dans un appareil audio, des équipements sans lampes peuvent le faire mieux, à un moindre coût, avec une plus grande fiabilité. Même l’amplificateur à lampes le plus performant au monde aura une plus grande distorsion qu’un amplificateur à transistors aussi bien conçu, sans oublier le vieillissement et la maintenance nécessaire à l'usage de lampes.

Ma conclusion, seule la comparaison est valable, sachez qu'un ampli à tubes se "marie" à merveille avec un modèle de haut parleur et pas du tout avec un autre. Un Dynaco stéréo 70 se marie très bien avec les extravagantes JBL L36 et 4311 et est vraiment médiocre sur des Kef ou B&W.

La balle est dans votre camp!.. Comparez et surtout faites vos tests en aveugles!.

Le son numérique

 Avoir eu 20 ans dans les années 70, c'est avoir vécu l'apparition de la mini cassette de Philips, les cartouches 8 pistes, les gravures directes, et le disque numérique (encore) de Philips. Je n'oublie pas de citer les bandes vidéos VHS utilisées comme support audio..

Le numérique est arrivé pour le grand public vers le tout début des années 80 avec le premier CD, la musique du film "Dune" et le lecteur Philips à chargement type porte basculante.

Je possède encore ce CD importé en France par mon ex-épouse hôtesse de l'air, et rien à changé, toujours pas de bruits de fond, de pétillements etc.. etc..et un son impeccable.
Certains Audiophiles déclarent leur nostalgie et la soit disant supériorité de l'information audio sur disque vinyles, en comparaison avec un signal numérique.
Petit rappel :
parcours de l'information d un disque vinyle :
  - Microphone, enregistrement sur bande Master, gravure d'un disque Père, moulage d'une matrice, pressage du disque, lecture électromécanique de la gravure, correction RIAA.
parcours du numérique :
-Microphone, convertisseur numérique, convertisseur numérique/analogique.
L'exception pourrait se limiter à la gravure directe, en fait le même parcours que le disque vinyle, mais sans le magnétophone de la bande Master. Avec toujours les rayures, l'usure, la poussière et leurs cortège de bruits et distorsions, pleurage, scintillement, "rumble" ronflette, Ha! oui c'est bon..
Avant de palabrer et perdre notre temps, même les "boites noires" de l'aviation d'aujourd'hui sont numériques.
Sans entrer sur le taux échantillonnage du signal et autres paramètres numériques, vos vinyles sont devenus le téléphone de G BELLS à ce qu'est le dernier portable APPLE.
Mon CD de Dune, lui n'a toujours pas de vieillissement, comme au premier jour le plaisir de l'information musicale est parfait.
Certains disent qu'il y a plus de détails sur un vinyle que sur un CD, cela dépend uniquement du niveau de codage, de la compression qui déterminent la taille du fichier.Wav, Mp3, Wma, Vorbis etc etc..
Pour conclure, si vous aimez le son de vos vieux vinyles, ne vous gênez pas et profitez en!, il y a longtemps que ma discothèque de 33 et 45 tours a été convertie en format WAV avec suppression des informations parasites.

Il existe aujourd'hui du matériel spécialisé pour la numérisation, que ce soit des platines TD avec la correction RIAA pour l'entrée de vos cartes son et des logiciels pour enlever les divers bruits perturbants.

 

Le plaisir d'écouter des vynils
Le plaisir d'écouter des vynils

Des lecteurs assidus sur le site mon fait remarquer que je ne m'étais pas assez exprimé sur le matériel numérique et ses qualités.
Voici ce que je peux en dire :
Dès le départ, le numérique devient complexe et onéreux, en premier lieu par la prise de son avec un micro doté d'une capsule électrostatique et non électrodynamique.
Ces micros au prix astronomiques sont cependant comme les modèles traditionnels limités par leurs performances physiques et dynamiques (trainage, réponse impulsionnelle etc..)
 Si toute la chaîne de reproduction après ce signal original retransmit à l'amplification de nos haut parleur reste sans modifications, le principe est bien supérieur à celui d'un parcours analogique car il n'y a pas de pertes et distorsions dans la retransmission du signal numérique. Ça passe intégralement ou ça ne passe pas! (comme votre imprimante).
Comme ce signal doit être le plus proche de l'original, celui ci étant forcément chargé de toutes les micro-informations,  un échantillonnage élevé est nécessaire. La transmission d'un tel signal est encore trop lourd pour le support numérique et une compression ou une simplification du signal est encore nécessaire de nos jours.
Oui, l'analogique va disparaître un jour, mais ce n'est pas demain la veille.
Pour ce qui est du matériel, l'énorme avantage du tout numérique est l'insensibilité aux câbles, matières et autres sujets physiques controverses, de ce fait un élément d'une chaine "x" ou "y" en numérique ne change rien. Par principe le signal passe intégralement ou pas, on comprend l’aberrance des palets presseurs sur un CD. Il est clair que comparer un lecteur cd à un autre n'est que foutaise sur le signal numérique, sauf s'il y a un convertisseur numérique/analogique (DAC) dans ces lecteurs bien sur.
Les "DAC" à la mode équipés de puces de plus en plus performantes font cette conversion, de 16 bits / 48 kHz à 24 bits / 192 kHz, voire 32 bits / 384 kHz et même 32 bits / 768 kHz, le marché ne manque pas de modèles. La encore, si le signal de départ est inférieur à la résolution de celle du DAC, vous tombez dans l'achat inutile.
 La conversion obligatoire du signal numérique en analogique indispensable pour nos enceintes est de la plus haute importance et dans ce cas la comparaison à l'écoute est indispensable. Pour conclure seule la comparaison des DAC est valable, comparer un 0/1 avec un autre 0/1 est absurde comme comparer un câble numérique avec un autre.

L'exception qui confirme la règle.

Dans un certain cas et uniquement celui-la, la différence entre deux lecteurs CD est audible. Nos lecteurs CD disposent d'un algorithme dédié a la correction d'erreurs de lecture , le codage CIRC ( code Croisé-entrelacé de Reed & Solomon).

Cet algorithme conçu pour corriger les erreurs de lecture causés par les rayures et la présence de poussières sur les CD, modifie une partie du message en comblant les manques au détriment des harmoniques. Certains lecteurs notamment ceux multi fonctions CD, DVD, Blu-ray privilégient l'image au son et le rendu sonore est désespérément triste car vidé de la présence de ces précieux harmoniques.

 

 

 

                Voici un exemple d'une web-station de qualité sonore en 128k/mp3 avec de fabuleuses musiques de films.

Le matériel à éviter et les prix de vente

Pendant une période de 1973 à 1980, une floraison de produits de très mauvaise qualité a été vendue grâce à une avalanche de publicité et de test bidons dans de mauvaises revues spécialisées (vous pouvez être inquiets, c'est encore valable aujourd'hui, sic!).
Des revendeurs spécialisés installés sur Paris vendaient des chaines Hifi complètes en direct et les expédiaient aussi partout en France. C'était la belle époque de la chaîne Hifi, un effet de mode et de se faire paraître aussi. En fait, beaucoup de personnes achetaient plus par tendance générale, que pour apprécier la musique. Il faut dire que le passage d'un électrophone à une chaîne Hifi même médiocre était pour tous le monde une découverte.
Beaucoup d'importateurs de produits orientaux ont fait fortune a cette époque, ils ont le mérite d'avoir persisté à vendre des produits qui avant cette époque avaient une déplorable réputation " le transistor Japonais". Je ne les citerai pas, je les ai bien connus pour avoir été le représentant de leurs marques qui sont aujourd'hui des références incontournables de la fabrication de produits électroniques. Quarante années après, ces produits fonctionnent parfaitement et pour de nombreuses années encore.
Ce n'est pas le cas de la marchandise tellement mauvaise que c'est incroyable pour moi de voir apparaître exceptionnellement à la vente en occasion une de ces reliques fabriquées en France. Je connais certains de ces produits pour en avoir vendus (à contre cœur ou changer de métier). Il faut préciser que mes collègues et moi faisions les essais avant de les vendre. Sortis d'usine, les amplificateurs avaient leurs sélecteurs d'entrée à l'envers, d'autres fumaient et je ne compte pas les boites de fusibles. Les enceintes étaient équipés de hauts parleurs bon marché "customisés"dérivés de ceux des téléviseurs avec des enjoliveurs cache-noyaux et un petit condensateur pour filtre.

 

Les enceintes W H Olson, vendues par King Music dans les années 76, elles se fondaient dans un ensemble avec des marques de qualité qui servait d’appât aux pauvres victimes, ceci est encore valable de nos jours.


 Cet exemple de produits n'est malheureusement pas le seul, le cas des marques et produits bidons est toujours d'actualité, prudence, prudence.. Je prend souvent le cas des enceintes comme exemple, l’électronique n'échappe pas au sujet, l'arnaque. Quand aux câbles audio ésotériques...
Les miracles n 'existent pas dans le monde de l'audio, des composants de bas de gamme même assemblés à merveille ne seront jamais meilleurs que des composants de haute technologie.
Comme avec des rangers au pied, on ne fait pas de course de vitesse, des hauts parleurs de télévisions ne font pas des enceintes de monitoring.

Certains de mes aficionados audiophiles regrettent le fait que j'ai supprimé les exemples d'arnaques qui étaient en ligne récemment sur ces chroniques. Les attaques virales et autres bidouillages informatiques font que je préfère en parler que de montrer des photos qui dérangent.

La chronique Arnaques et duperies est accessible par mot de passe pour nos "Fans".

Pour commencer

 Parenthèse sur la mesure et les courbes de réponse.

 

En premier, je précise que je ne suis pas un néophyte de la spécialité, mes premières mesures datent de 1980 dans la chambre sourde de 3A Antibes (la plus grande d'Europe à l'époque) sur du matériel Brüel et Kjaer.

 A la lecture de certains soi-disant banc d'essai d'enceintes dans des articles sur le net, j'ai failli plusieurs fois me demander si j'hallucinais. Des courbes parfaites tirées à la règle, alors pour vous faire comprendre ou je vais en venir, les exemples qui suivent vont bien faire cerner la situation.

 La distance de mesure est particulièrement importante.

La proximité immédiate du micro de mesure contre le haut parleur fait abstraction de  :

 -la forme et la réflexion du support

 -les déformations et la forme de la membrane

 -les vibrations parasites de l'enceinte et bruit d'évents

 -la présence réactive des autres composants

 A contrario l'éloignement renseigne sur  :

 -la mise en phase des autres haut parleurs de l'enceinte

 -l'accord de la caisse (bass-reflex, pavillon)

 -la signature acoustique des évents et autres membranes passives.

 Nous avons déjà vu dans ces "chroniques" le rapport direct entre la pièce d'écoute, l’emplacement des enceintes et les variations que cela procure sur la courbe de réponse. En fait la linéarité absolue si elle est révélatrice du bon équilibre entre les fréquences, n'est pas le critère numéro un dans le rendu sonore de vos enceintes. La distorsion est aussi un paramètre d'importance, un chapitre sur ce sujet est disponible un peu plus loin. Par ailleurs il est facile de corriger une courbe de réponse en modifiant l’échelle de mesure (abscisse) et l'étalement de sa graduation. De cette manière on peut facilement aplatir les défauts pour mieux vendre son produit. Et comme décrit plus haut en plaçant le micro de mesure au plus près du haut parleur, on obtient de superbes courbes. Certains logiciels de mesure intègre des filtres pondérateurs qui n'ont pour seul avantage que de lisser les défauts.

 

Caisson de basses
JBL 4508 Boomers JBL 2205h

Ce qu'il faut savoir sur les Enceintes acoustiques

Principes Physiques

 Dame Nature nous a spécialisés par notre fonction et adaptation à notre milieu, nos oreilles ont le maximum de sensibilité de 400 à 5000hz et plus particulièrement entre 700 et 2500hz soit les fréquences nécessaires à la compréhension de la parole de nos semblables. Nous ne sommes pas réceptifs à la communication infra sonore des éléphants et encore moins celle ultrasonore des chauves souris.

 

Le transducteur électromagnétique agit sur une membrane qui par son mouvement et sa vibration crée une onde sonore. Et c'est la que commence ce petit chapitre sur les hauts parleurs.

 

    1 Masses et déplacements (Inertie et force électromotrice)

    2 Matières et résonances (Vitesse du son et absorptions)

    3 Formes (directivité)

    4 Adéquations et optimisations

    5 Le niveau omnidirectionnel des fréquences reproduites

    6 Les micros informations du signal sonore

    7 L’hygrométrie et nos membranes

 

 

1 Masses et déplacements

 

La masse de la membrane est génératrice de retard au démarrage (réponse impulsionnelle) et de retard à son arrêt (trainage) par les lois de la mécanique. Cette masse doit être la plus faible possible pour répondre le plus rapidement à l'information.

La nature de cette membrane détermine sa rigidité et sa résonance propre, la forme de celle-ci modifie la directivité du son reproduit. La taille augmente l'efficacité dans les basses fréquences au détriment de sa masse et de la reproduction des aigües.

Pour fonctionner sans déformations une membrane ne peut pas générer une longueur d'onde plus petite que celle correspondant à son diamètre. Pour exemple ; un haut parleur de 30 cm n'est pas apte à fonctionner correctement au dessus de 1000Hz (VS vitesse du son dans l'air /1000 fréquence en Hz =30 cm). Ceci est valable aussi pour les tweeters à grande surface émissive qui deviennent directifs dans le haut du spectre.

 

2 Matières et résonances

 

Allier la légèreté et la rigidité n'est pas chose facile, les constructeurs de hauts parleurs ont essayés diverses matières de membranes.(carton, plastique, métaux , matériaux composites, fibres diverses et des sandwichs de ces différents composants).

Les progrès sont la, mais toujours pas de matière révolutionnaire à faible coût. La majorité des fabricants restent fidèles au carton traité mis en forme par pressage pour les boomers. Très peu de fabricants ont fait le bond en avant avec les fibres de carbone, solution miracle, mais hélas très onéreuse. Les tweeters sont mieux pourvus avec l'apparition des métaux légers et rigides comme le titane et le magnésium, et diverses autres matières comme la céramique.

Tout objet rigide de n'importe quelle taille résonne, et ceci en fonction de ses dimensions et de sa matière. Cette résonance est aussi en rapport avec la vitesse du son qui la traverse. Paradoxe, les matières qui ne résonnent pas son molles et pas appropriés pour nos membranes de haut parleurs. Utiliser une matière absorbante enlève tout ou partie du message sonore.

Le fait de faire mouvoir ou vibrer une membrane à pour conséquences d’exciter sa résonance. Cette résonance altère le son reproduit avec son cortèges de distorsions, et surtout imprègne l'information par la nature de sa matière (coloration).

 

3 Les Formes

 

La forme en cône des membranes est depuis toujours préférée pour sa rigidité bien supérieure aux surfaces planes. Les formes en dôme allient la rigidité et large directivité, mais sont complexes à mettre en œuvre par le centrage et le guidage linéaire des bobines mobiles. Si un haut parleur à cône est guidé par un spider et le single-roll (suspension externe), le haut parleur à dôme lui n'est guidé en général que par sa périphérie extérieure, on le privilégie donc dans les fréquences hautes, On a vu dans les années 80 une floraison de hauts parleurs comme des boomers demi sphérique, des médiums plats, des tweeters électrostatiques rubans et même plasma. Seul le tweeter ruban reste d'actualité, les autres options de formes sont tombées au rang de curiosités et présentent plus d'inconvénients que d'avantages ou sont trop onéreuses.

Fostex FF7-4273
Fostex FF7-4273

4 Adéquations et optimisations

La fabrication d'un haut parleur haute fidélité est beaucoup plus complexe qu'il n'y parait, si à première vue ils se ressemblent tous par le principe, la construction est complexe et n'est pas le fruit du hasard.  

Alliance de la matière et de la reproduction sonore par une membrane?, un certain paradoxe..
Les matières molles linéarisent la courbe de réponse par l'absence de résonances, les matières rigides à grande vitesse de transmission sonore se caractérisent par des pics sur leurs bande passante et les harmoniques qui vont avec. Comme les matières absorbantes sont en général molles, la réponse en fréquence se voit aplatie.

La masse mobile est un énorme handicap notamment sur le rendement, les produits proposés sur le marché en sont un exemple. D'un coté, fortes masses mobiles et matières absorbantes, de l'autre des matières légères et rigides.
 Ce qui divise en deux les constructeurs.
 Les uns adeptes du haut rendement et les autres qui préfèrent la linéarité au détriment du rendement, il semble que la frontière se situe au niveau de 90db/m.
Si le haut rendement se confronte aux résonances des membranes et de la coloration qui en résulte, les adeptes de la linéarité, par l'usage de matières absorbantes sont eux avec une mauvaise réponse impulsionnelle et un faible rendement .
Pas facile et pas évident de trouver la solution au problème, personnellement je préfère le haut rendement car l'électronique moderne nous permet de corriger les irrégularités de réponse en fréquence. le faible rendement même si l'amplification est puissante garde sa mollesse dans les transitoires et donne un rendu feutré plaisant certes, mais loin de la réalité sonore.
Je donne souvent l’exemple de JBL et B&W (avant 1980) deux constructeurs de grandes réputations opposés par l'emploi des matières et du rendement de leurs enceintes.

Effets de boites et de matières :

Toute membrane résonne par sa masse et sa matière, le fait de l'incorporer dans un volume comme une enceinte fait varier la fréquence naturelle de celle-ci.
Plus le volume contenant est important plus la fréquence de l'ensemble est bas. Par effet inverse, les petits volumes résonnent plus haut en fréquence.
Le timbre général créé par cet ensemble haut parleur et contenant est accompagné d'harmoniques, de traînages et de distorsions.
A l'écoute, cela se manifeste par un son de boite ou de tonneau, réalisez cet essai en écoutant un petit haut parleur à l'air libre et faites le rentrer dans un volume comme une enceinte acoustique. On découvre que le son prend une coloration de boite qui parasite le signal original. Tous les hauts parleurs n'échappent pas à ce phénomène, les boomers comme les médiums, un peu moins les tweeters car leurs résonances sont en général au delà de la zone de sensibilité maximum de notre oreille. Cependant la mesure révèle que beaucoup d'entre eux distordent par une résonance dans les basses fréquences.  
Cette "coloration" cache les micros informations du signal musical et entache la reproduction sonore comme un instrument qui donnerait en permanence une même note.

Il faut aussi parler de la distorsion par intermodulation soit la transmission d'une vibration d'un haut parleur à l'autre, comme votre petit baffle de médium aigüe posé sur votre caisson de grave. Les fréquences basses modulent le reste de la bande passante, ce phénomène est minoré par une isolation mécanique à base de silent blocs, ou pour une enceinte, l'usage d'une face avant parfaitement rigide.
On trouve sur le marché de la Hifi de nombreuses enceintes connues qui sont envahies de résonances parasites et de colorations diverses, son de tonneau, médium canard et tweeter ferraillant. Ces modèles d'enceintes sont cependant appréciées par de nombreux amateurs de musique, ceci représente la frontière entre la Haute fidélité et la sonorisation. 
Le test du magnétophone à 3 têtes décrit dans le chapitre comparaison "son réel/son reproduit" est un formidable révélateur des colorations.
Je le répète encore une fois, ce ne sont pas les enceintes les plus chères qui sont forcement les plus naturelles à la reproduction sonore. 

 

 

5 Le niveau omnidirectionnel des fréquences reproduites :

Voila un sujet nouveau et passionnant, ce terme signifie la mesure de la réponse en fréquence non pas sous un angle ou un axe donné mais la mesure des fréquences reproduites sous tous les angles additionnés ou la somme omnidirectionnelle de l'énergie acoustique retransmise. Cette mesure est d'une importance capitale car elle révèle le comportement de nos enceintes dans le milieu ou elle se trouve.

Nous avons expliqué l'interaction de la pièce d'écoute et la directivité dans le chapitre sur l'acoustique, cette nouvelle mesure nous permet de comprendre pourquoi certaines enceintes sont excellentes en écoute de proximité et mauvaises dans de grandes salles, ou l'inverse.

 Une enceinte véritablement omnidirectionnelle se fait fi de la présence de murs ou planchers à proximité, car le niveau des fréquences aigües reproduites dans toutes les directions est le même que celui du grave, de ce fait la courbe de réponse n'est que très peu modifiée par la présence d'une paroi réfléchissante, la résultante n'est qu'une augmentation du niveau sonore général. Ce n'est pas le cas des enceintes traditionnelles (directives dans l'aigüe), par voie de conséquence celles ci ont leurs courbes de réponse qui se renforce uniquement dans les graves. Quand elles sont placées dans une encoignure, le gain peut avoisiner 10db dans la zone des 80hz, L'équilibre tonal de votre enceinte est complètement modifié.

Elévation du niveau des basses fréquences à proximité de parois
Elévation du niveau des basses fréquences à proximité de parois

 Cette caractéristique inévitable nous ramène vers les enceintes dites de proximités ou monitor de contrôle, elles se doivent d'être dans un milieu absorbant comme dans une chambre sourde et placées très proche de l'auditeur, de ce fait , elles sont analytiques et restent indifférentes à l'acoustique ambiante (comme un casque audio).

 Ces mêmes enceintes de contrôle placées dans un milieu réfléchissant comme sont toutes les pièces d'écoute à la maison, deviennent à de rares exceptions désagréables par une non linéarité et bien souvent une coloration néfaste à la définition. Les réglages de tonalités corrigent mais pas complètement cet effet naturel de positionnement dans un milieu réverbérant.

 Les enceintes omnidirectionnelles comme les audiorama Grungig, les Nivico GB one, les Bose 501 & 901 pour ne citer que les plus connues n'ont pas ce problème,  la réflexion sur les murs ne modifie pas l'équilibre sonore, au contraire, elles remplissent la pièce d'écoute par un grand étalement de la scène sonore, et c'est très plaisant. Sachez cependant que la réflexion sur le panneau derrière les enceintes rajoute des signaux retardés qui n'étaient pas sur le signal d'origine, on s'éloigne malheureusement de la Haute fidélité.

 Conclusions :

Préférez les enceintes à large dispersion, elles reproduisent bien mieux la dimension de la salle de l'enregistrement et les plans sonores dans une acoustique traditionnelle. Les monitors de proximités sont mieux adaptés aux petites pièces et aux studios calfeutrés, mais  souffrent bien souvent d'un trou au centre de la scène sonore.

 

 

6 Les micros informations du signal sonore :

  Inutile de préciser que vos signaux audio sont étalés sur une large bande de fréquences mais aussi sur une échelle de puissance sonore. Chaque note de musique est composée d'une  fréquence fondamentale mais celle ci est  aussi accompagnée de nombreux harmoniques pairs et impairs, une voix n'échappe pas non plus à cette règle. Il n'y a que les fréquences pures d'un générateur basse fréquence qui ne reproduise pas d'harmoniques.

Tous ces  harmoniques sont à un niveau sonore inférieur à celui de la note, et leurs présences donnent une appartenance et un timbre à celles ci. Mieux ces harmoniques sont reproduits et plus on se rapproche du son original. Les harmoniques se distribuent sur une échelle qui va du bruit de fond du signal à la crête maximale de modulation, un nivellement par le bas (bruit de fond ou mauvaise reproduction) retire les micros détails qui font la richesse de l'information. Ce nivellement se compare à la différence de qualité sonore entre un signal mp3 et un autre au format Wav, c'est a dire le manque de définition, de petits détails et de profondeur de la scène sonore.

Tout amateur de haute fidélité sait que le bruit ambiant gêne notre plaisir d’écoute.Cette présence de signaux parasites couvre les micros informations de votre source musicale ou sonore, c'est malheureusement le cas pour de nombreux audiophiles, les voisins, la rue etc, etc.

L' écoute d'une chaîne Haute fidélité débute par un lieu avec un faible bruit de fond et la chasse aux ronflettes et souffle de votre équipement. La masse mobile de nos membranes de haut parleur et sa matière sont un frein à la reproduction des micros informations, c'est aussi pour cette raison que certaines enceintes sont plaisantes à fort niveau et tristes en musique d'ambiance. Pour donner un exemple, les compressions phénoliques d'un grand constructeur Américain sont excellentes bien au dessus de 90 db , en dessous l’absorption des micros informations par la matière de la membrane donne un son lavé et triste. C'est parfait pour la sonorisation à haut niveau sonore mais pas pour la Haute fidélité.

 

 

 

 

Tout ce chapitre pour vous faire comprendre que pour avoir des frissons en écoutant vos morceaux favoris, il faut du niveau sonore pour profiter de ces micros informations, au minimum, 40db pour les harmoniques, 30db pour le bruit de fond et 30db de dynamique soit 100db en pointe. Beaucoup d'entre nous adorent le casque pour cette raison, l'isolement et le confort d'écoute par le détail de la reproduction qu'il procure malgré le manque de ressenti physique.

Quand à la dynamique d'un orchestre symphonique avec des voisins mitoyens, un conflit ou une plainte vous guette..

 

 

 

7 L’hygrométrie et nos membranes

 

On peut se demander si ce petit chapitre est vraiment d'une telle importance pour être dans les Chroniques d'un Hifiste? Et bien oui!, c'est le cas d'une catégorie de haut parleur avec des membranes non traitées, leur matière en carton léger est vraiment sensible à l'humidité. Pour les citer, les Yamaha JA 3881, 3803 etc.., avec leurs superbes couleur blanche, les JBL 2220 et bien d'autres encore avec quand on les tapotes avec le doigt ce son bien sec signature d'une bonne légèreté (et de ce fait une excellente réponse impulsionnelle).

Certains modèles sont beaucoup plus sujet à ce phénomène que d'autres, les Yamaha en sont particulièrement victimes, que bien souvent les membranes se déforment a forte puissance et font mêmes des plis à la jonction de la bobine. Revers de la médaille des membranes à très faible masse, elles ont la tendance à absorber l'humidité ambiante. Gare au stockage dans un milieu humide! Ce phénomène est réversible, avec 48 heures de séchage à plat sur un radiateur à température moyenne et vos précieux boomers et médiums seront comme au premier jour.

J'insiste sur ce sujet car les conséquences affectent bien plus nos membranes que le soit disant "rodage”, imaginez le son d'un violon humide, cela fait sourire mais désormais vous êtes prévenus.

  

Les membranes en fibre de carbone, un réel progrès dans la rigidité et la faible masse mobile.
Les membranes en fibre de carbone, un réel progrès dans la rigidité et la faible masse mobile.

Nous avons cerné les différents critères d'une membrane de haut parleur et cela laisse déconcertant au vu de la complexité des paramètres physiques de celle-ci.

 Il ressort que les efforts de recherche pour la membrane idéale ne font que commencer et si la partie électromécanique est presque aboutie (en dehors du rendement), il reste encore du "pain sur la planche".

-Les petits diamètres sont a privilégier avec la plus faible masse possible dans le registre médium/aigüe.

-Une grande rigidité pour un comportement en piston parfait et de ce fait fuir les membranes souples pour les boomers et bas médiums. 

-Il est nécessaire d'adapter la vitesse de l'onde sonore dans la membrane en fonction de sa forme. Autrement expliqué, plus la forme de la membrane est plate et plus la vitesse de propagation dans la matière doit être importante. Remarquez le travail remarquable dans ce sens qu'avait fait Daniel Dehay sur les membranes carbones.

https://www.acoustique-3a-by-daniel-dehay.com/brevet-membrane-carbone

-Évitez les fréquences de coupures du filtre à la sensibilité maximale de l'oreille surtout entre 700 et 2500hz, entre 500 et 5000hz c'est encore mieux, diminuez aussi le plus possible la distance entre médium et tweeter.

-Une charge acoustique adaptée aux performances mécaniques de la suspension de membrane est de toute première importance. Un descriptif précis sur ce sujet vous attend un peu plus loin dans ces Chroniques.

Le remembranage

 Pourquoi un haut parleur brûle quand il est bloqué?


Le transducteur électrodynamique qu'est votre haut parleur transmet la puissance qu'il reçoit en énergie mécanique sur l'air,  Quand la membrane est bloquée, cette énergie  au lieu d'être en travail sur les ondes sonores se transforme en chaleur, la bobine chauffe et fini par brûler.
En fait, plus le rendement de votre haut parleur est élevé et moins il chauffe et plus sa puissance admissible augmente, jusqu'à l'inévitable limite mécanique(xms).
On frôle un chapitre particulier celui de la dissipation thermique des hauts parleurs, ce terme un peu barbare est principalement utilisé en sonorisation, pour obtenir d'avantage de puissance admissible, les constructeurs ont travaillés sur la capacité des bobines mobiles a être refroidies par effet de ventilation  ou par rayonnement.
Entre le xms et la dissipation thermique on comprend mieux pourquoi un filtre passe haut qui enlève les très basses fréquences est bienvenu sur les  enceintes de sonorisations à forte puissance.

Encore un sujet rempli de controverses.

Les années passent et nos hauts parleurs vieillissent aussi, c'est une chose inéluctable.
Nous allons voir en détails ce qui se passe vraiment et couper court à de nombreuses inepties qui circulent sur ce sujet.
Avec le temps :
    Nos membranes sèches ou s'humidifient en fonction de l'hygrométrie, les single-roll ou suspensions externes se fendent et craquent.
    -Les suspensions internes nommées spider ont leurs propriétés mécaniques qui changent.
    -Les bobines mobiles et les fils de liaisons se coupent ou se dessoudent.
    -Les pièces polaires non traitées s'oxydent et l'entrefer se charge de particules magnétiques.
   - Les collages deviennent fragiles.
Bref, un haut parleur à ses caractéristiques du départ usine qui change inévitablement avec les années.
Les meilleurs haut parleurs peuvent avoir 40 ans et se portent encore bien malgré tout, les autres sont à l'agonie et on peut les qualifier de modèles en sursis.
C'est pour cela que l'on vend des kits de remembranage et des suspensions de substitution.
L'opération de remembranage est une opération délicate et tous les fabricants de hauts parleurs vont le confirmeront.
Si pour des modèles courants, l'entrefer est large, les boomers haut de gamme ont quelques dixièmes de millimètres d'espace entre la bobine mobile et les pièces polaires, le montage est d'une extrême précision.

Nous allons développer ce chapitre en deux parties
   - Le kit de remembranage
   - Le changement des suspensions extérieures.

-Le kit de remembranage
Vous commandez votre kit avec les colles adéquates (onéreuses et peu conservables), le mode d'emploi et vous pensez que tout va se passer pour le mieux.
En premier; il faut nettoyer votre saladier et retirer toute traces de colles, il vous faut donc un dissolvant néoprène qui  peut être de l'acétone mais qui bien souvent, ne suffit pas.
L'enlèvement des poudres et limailles métalliques de l'entrefer est obligatoire, cette opération s'effectue avec du scotch et une petite lame en plastique. Ce minutieux nettoyage est capital, la présence de particules magnétiques en dehors du frottement, crée des micro arcs électriques et des trous dans le bobinage (bien visibles lors du remplacement).
Maintenant que votre saladier est clean, la difficulté commence..
Le premier collage est celui de la bobine sur la membrane, celui-ci s'effectue en usine de fabrication avec un guide de centrage et de positionnement  pour assurer un parfait alignement. Dans l'absolu,  il  faut un "mandrin" spécifique à chaque type de bobines et de membranes pour assurer un " travail" parfait.
Ce n'est pas le vendeur du kit qui va vous le fournir. Et un mauvais alignement entraîne le frottement obligatoire de la bobine mobile sur les grandes excursions mais aussi parfois à faible niveau.
Le deuxième collage, celui du spider est plus aisé car il est positionné en visuel du premier collage.
Le collage et le centrage du single roll est assuré également par un gabarit en usine.
Il faut maintenant relier les fils de liaison à ceux émaillés de la bobine par soudure et plaquer cette liaison par collage sur la membrane.
Quant tout est bien collé et sec, vous pouvez maintenant procéder au montage de l'équipage mobile dans le saladier.
Les cales de centrage sont normalement fournies avec le kit.
Ne pas oublier l'alignement des fils de liaison avec le bornier du saladier.
Le collage s'effectue en positionnant la bobine en position de repos. Pour bien plaquer les suspensions externes, la mise en place des joints d’étanchéités permet de poser le haut parleur face avant sur une surface horizontale pour le séchage de 24 h.
Enfin les soudures des fils de liaison (à la bonne dimension) et le collage du cache noyau.
On le voit maintenant, un remenbranage nécessite un grand  nombre d'opérations dont certaines difficiles pour assurer un montage optimal et pérenne.

-Le Changement des suspensions externes.
Cette opération ne peut se réaliser correctement que si le cache noyau à été retiré. en effet le collage en suivant la trace des précédentes suspensions est sujet à un mauvais alignement et aux irrémédiables conséquences qui en résultent.
Après le nettoyage méticuleux de la membrane, il faut aligner la bobine mobile avec les cales de centrage à la bonne épaisseur et en position de repos.
Le collage des suspensions s'effectue en commençant par l'extérieur en suivant le saladier et ensuite par celui de la membrane.
Après séchage de 24 heures, on peut retirer les cales de centrage et recoller le cache noyau.

Pour conclure.
Ces opérations de réparation et de maintenance de vos hauts parleurs sont complexes et demandent une certaine habitude.
Mon conseil : Faites appel à un spécialiste avant de vous lancer dans une galère. Réservez ce remembranage aux modèles rares et coûteux, préférez des hauts parleurs neufs de substitutions pour vos enceintes courantes.

 

Principe électromécanique d'un haut parleur traditionnel

Un haut parleur traditionnel fonctionne selon les lois de  Laplace, Faraday et Lenz, soit un conducteur électrique baigné dans un champ magnétique. Le principe de la main avec trois doigts à 90° qui représentent le sens du courant, la direction du champ magnétique et le sens de la force qui en résulte est la visualisation de la loi de Laplace.

 Ce principe est réversible c'est à dire que votre haut parleur est un microphone, il produit du courant quand on fait déplacer sa membrane.
Quand l'air et la masse mécanique de votre ensemble Haut parleur/enceinte rentrent en résonance, ceux ci continuent de se déplacer (trainage) et créent un courant sinusoïdal en déphasage avec celui de l'amplification, ayant pour résultante une augmentation ou une diminution de l'impédance.
Ceci se traduit  à la mesure d'impédance par une bosse à la fréquence de résonance pour une enceinte close et deux bosses égales  pour un Bass reflex traditionnellement bien réglé.
Pour bien comprendre le phénomène, quand l'impédance augmente, votre amplificateur diminue sa puissance, c'est parfait car sans cela, il y aurait une énorme bosse dans le niveau sonore a cette résonance.
Dans le cas d'un transducteur électromagnétique qui fonctionne autrement qu'avec la loi de Laplace, la charge (impédance) est linéaire mais la réponse en niveau ne l'est pas.

 

Paramètres essentiels de nos membranes et diaphragmes pour la reproduction la plus fidèle.

 Nous avons déjà souligné dans les chapitres précédents l’importance des membranes et de leurs matières, de leurs formes, et également de la charge acoustique sur les hauts parleurs.

Nous avons survolés ces sujets, maintenant jetons un œil précis sur les diamètres de nos précieux transducteurs.

 Pour commencer nous allons découvrir les travaux de Chladni et de ses expériences sur les formes obtenues par les fréquences sonores sur du sable posé sur une surface rigide et plane.

 

Nœuds et ventres par la méthode de CHLADNI
Nœuds et ventres par la méthode de CHLADNI

Cette planche a elle seule résume ce qui se passe avec nos membranes.

1- le diamètre de la membrane ne doit jamais dépasser celle de la longueur d’onde la plus haute reproduite

 

2- la vitesse du son dans la membrane crée des ondes stationnaires, ou plus simplement la réflexion sur les bordures fait résonner celle-ci en fonction de la vitesse du son dans la matière à des endroits précis. On peut remarquer que les meilleurs médiums à cône ont  une suspension absorbante pour remédier a ce principe comme le Supravox TWM 71 en avance de 40 ans.

 

Addition d'une onde par la reflexion
Addition d'une onde par la reflexion

 

 

Un beau travail des acousticiens de Wharfedale dans la structure des membranes.

La disposition des trous est loin d'être le fruit du hasard, elle est révélatrice de  la recherche sur la diminution des résonances de la matière.

Ces perforations agissent comme un filtre passe bas et diminuent fortement la coloration et l'inévitable non linéarité des hautes fréquences dans les matières légères et non absorbantes. La suspension externe est absorbante et limite les ondes stationnaires. Le 

dôme cache noyau est également absorbant pour filtrer les hautes fréquences. 

 

3-La lecture de test par vibromètre laser à balayage confirme que les formes influes sur la position des ondes stationnaires sur les membranes, et que la rigidité est primordiale pour absorber celles-ci à des zones précises.

4311 JBL en test par un vibromètre laser
4311 JBL en test par un vibromètre laser

La première image représente le boomer à la fréquence d'accord du bass reflex, on aperçoit la déformation de l'air au passage de l'évent et le déphasage par l'aspiration de la suspension multi-plis. 

L'image centrale révèle la déformation du boomer à la fréquence de raccordement grave/médium.

La dernière à la fréquence de raccordement médium/aigüe nous montre la déformation de la membrane du médium et de celle du tweeter. 

Le vibromètre laser est un réel progrès dans la recherche électroacoustique, réservé à quelques rares fabricants fortunés. Il est le parfait exemple du chemin parcouru dans la technologie dans les dernières décennies.

Ces premières informations confirment pourquoi les diaphragmes modernes sont de petits diamètres et que leurs surfaces sont désormais structurées pour obtenir la rigidité maximum et l’absorption des ondes stationnaires, le tout avec la plus petite masse mobile.

La présence de corrugations représente le travail des acousticiens sur le comportement dynamique des membranes et diaphragmes,

Le résultat à l’écoute se traduit par une meilleure bande passante, une réponse impulsionnelle plus rapide et une meilleure reproduction des micros informations du signal musical.

Essayez vous même en comparant à l'écoute deux compressions du constructeur JBL entre une LE 175 et une D 220 TI.

 Même si la qualité des anciens modèles reste un exemple de performances pour l’époque, ces compressions ont pris « un coup de vieux ». Ceci est aussi valable pour les membranes des médiums de grands diamètres.

 

La focalisation de nos haut parleurs

Ce terme désigne comment se comporte l'énergie sonore à la sortie de nos membranes de haut parleurs. On s'aperçoit en comparant différentes enceintes que le message sonore prend sa source en avant ou en arrière de la face avant de celles-ci, c'est la "focalisation".

Certaines enceintes projettent le son vers l'avant et d'autres restituent le message sonore en profondeur et ceci quelque soit le signal musical. Cette particularité singulière est le résultat de la géomètrie des membranes et de la matière qui les composent. 

En effet, nous connaissons tous l'effet porte voix qui projette le son par l'intermédiaire de son pavillon, les multiples réflexions sur les parois lisse et non absorbantes viennent se rajouter au signal d’origine. Tout ce mélange de signaux groupés et décalés dans le temps étouffe les micro informations et les précieuses harmoniques du son reproduit. La mauvaise sonorisation des gares et un exemple de ce que l'on appelle un "projecteur de son", un signal ou seul les signaux à forte intensité sont audibles. Ce n'est heureusement pas le cas de toutes les compressions et pavillons de nos enceintes haute fidélité, les formes exponentielles et hyperboliques minimisent cet inévitable effet connu sous le "son de canard".

Sans entrer dans le chapitre des absorptions par la matière et de la masse , la géométrie seule des membranes influe considérablement sur ce phénomène. Le retard ou l'avance de l'onde sonore qui traverse la membrane (liée à sa forme) au vu de celle reproduite au départ du centre affecte par des déphasages la courbe de réponse et la réponse impulsionnelle. Le schéma ci-dessous illustre parfaitement les faits.

 Ce retard ou cette avance dans la forme de l'onde sonore reproduite modifie le point source du signal au départ de la membrane. En résultat auditif, un haut parleur avec une géométrie défectueuse focalise beaucoup en profondeur et jamais en avant. L'inverse est aussi valable, comme certains couples pavillons/compressions (Altec VOT)

La bonne focalisation est celle qui reproduit le mieux le plan sonore de l'enregistrement original, avec le dégradé en profondeur des instruments correspondant à la position du ou des musiciens.

  On comprend mieux maintenant l'importance du rapport diamètre/longueur d'onde, et du fonctionnement (presque) en piston sans déformations. La petite taille des transducteurs de  médium est un facteur de qualité, et de meilleure reproduction des harmoniques. C'est pour cette raison que les médiums à dôme ont la préférence dans les enceintes de monitoring du milieu professionnel (ATC, Neuman). Pour les pavillons, les nouvelles formes calculées par informatique n'ont pas les défauts des générations antérieures et la focalisation est bien plus naturelle à l'écoute.

Propagation de l'onde sonore dans une membrane de haut parleur
Propagation de l'onde sonore dans une membrane de haut parleur

Facteur BL entrefer et bobines mobiles

facteur BL
facteur BL

Le Bafflage

Il y a quelques années maintenant les ténors de la reproduction électroacoustique comme Acoustic Research et Advent utilisaient la suspension acoustique. Autrement décrit, la suspension du boomer au lieu d'être la fonction du spider, du single-roll, la charge du volume arrière, est l'air en volume clos et absorbant.
Ce procédé s'il est bien conçu reste à l'écoute le meilleur pour les petits volumes d'enceintes haute fidélité. Certains audiophiles vont se demander pourquoi je remet au gout du jour ce procédé vieux de 40 ans maintenant. La comparaison de centaines de modèles d'enceintes en auditorium y est pour quelque chose, en effet ; l'expérience acquise par une synthèse des résultats auditifs me font déclarer sans hésiter que cette suspension acoustique est géniale.
La bête noire du concepteur d'enceintes est bien la reproduction du grave, il suffit de mesurer la distorsion et la réponse impulsionnelle pour s'en rendre compte. Tout est une question de masse et de traînage, votre boomer réagit selon des principes mécaniques, et la loi 1/2 m v2 est a l'honneur. Plus la masse de l'équipage mobile et celle de l'air dans votre enceinte est élevée, et plus l'ensemble traîne et les performances se dégradent.
Pour ne pas rentrer dans des palabres inutiles et perdre notre temps à coup de "formules mathématiques", nous allons décrire et sans schémas le phénomène de la charge et du bien connu "QTS", les matheux et autres théoriciens trouveront de quoi s'occuper sur le net.
Qms est représentatif de la qualité de la suspension mécanique (spider et suspension périphérique ou single-roll de la membrane).
Qes est représentatif de la qualité de la suspension électrique (bobine et aimant).
Qts est une valeur résultante des deux précédentes.
En simplifiant, ce facteur QTS est la représentation électromécanique de notre boomer. Un haut parleur est construit pour s'adapter a une charge acoustique bien définie, les différents paramètres de sa suspension, de sa masse et de sa force électromécanique sont adaptés pour un usage bien précis (clos, bass-réflex, pavillon). Des logiciels sont disponibles comme Box Port Design, vous permettent de concevoir une charge acoustique en fonction des paramètres Q de votre boomer.
Pour exemple; un subwoofer automobile avec une grande masse mobile, une suspension molle est une catastrophe dans un volume en bass-réflex comme un boomer raide en petit volume clos l'est aussi.
 Mais revenons à notre suspension acoustique, qu'est-ce?. un boomer spécialisé avec une fréquence de résonance très basse, une suspension molle presque limitée au centrage et à grand débattement maximum (xms) et à un volume clos absorbant. Le rappel de la position de repos du haut parleur est assurée par la réaction à la compression de l'air, un peu comme les suspensions hydropneumatiques de Citroën.
La limite de reproduction du sous grave est donc directement dépendante du volume de l'enceinte et du xms.
Le principal avantage de la suspension acoustique est de réduire fortement la résonance de l'air dans la caisse et de descendre beaucoup plus bas qu'une enceinte close.
 Bref! écoutez le grave d'une AR 3a, celui d'une Dalquist dq 10, d'une Advent 2w et vous comprendrez ce que je veux vous faire comprendre, pas de boom boom comme les "sono" de voiture ni de notes de grave toujours les mêmes.

Advent 2 w
Advent 2 w

 

 

 

Un exemple d'une suspension acoustique, une enceinte Advent 2w dont le boomer à été remplacé par un B&W de 16cm avec une fréquence de résonance très basse et une suspension extra souple.

Le résultat est enthousiasmant, pas ou presque pas de coloration et une assise dans l’extrême grave incroyable pour le volume.

Le volume intérieur de la caisse est rempli à 100% d'absorbant (dans cette enceinte de la mousse acoustique). Supravox utilisait des copeaux de papiers, en fait la bonne solution est d'absorber la totalité de l'onde arrière du haut parleur sans trop en diminuer le volume.

Pour la haute fidélité c'est excellent, pour le niveau sonore, le bass reflex est supérieur mais au prix d'un son de boite.

Les principaux constructeurs qui utilisaient la suspension acoustique étaient Acoustic Research, Advent.

 A noter que des constructeurs d'enceintes de sonorisation à pavillon de grave utilisent une charge arrière en suspension acoustique de petit volume pour limiter les grandes excursions de l'équipage mobile des boomers et réduire le traînage.

Le célèbre push pull des enceintes 3A comme la charge symétrique de Elipson sont une variante de cette suspension acoustique.

Vous avez compris que je suis un "fan" de la suspension acoustique pour les petites enceintes. La membrane de votre boomer se meut en accord avec la simple loi de la compression de l'air, comme un ressort parfait, et sans l’influence des caractéristiques mécaniques de spider et single-roll et surtout de la masse de l'air en résonance dans votre enceinte.
En effet, l'air contenu qu'il soit dans un volume clos ou ouvert comme en bass-reflex, une fois qu'il rentre en résonance, il faut un certain moment pour le faire revenir à son état de repos. La laine de verre ou l'absorbant présent dans le volume, réduit le phénomène sans le faire disparaître, avec en plus pour conséquence le fait de diminuer le volume contenu, soit de faire monter en fréquence cette résonance.
La principal bénéfice de l'usage du bass-reflex est d'accorder le volume d'air de votre enceinte à une fréquence plus basse, que le même volume en clos. Le faible volume clos freine la descente vers les basses fréquences, sa résonance de caisse est plus haute que celle du bass-reflex qui par son accord et son évent, donne une liberté plus grande aux déplacements des membranes.. Le revers de la médaille est donc le traînage.
 Fort de ces révélations, nous savons qu'il faut du volume, beaucoup de volume pour descendre très bas en fréquence et surtout absorber le plus possible cette résonance pour diminuer l'inévitable "effet de tonneau". Certains pensent que l'utilisation d'un boomer avec un Qts faible permet de descendre dans l’extrême grave facilement malgré un petit volume, c'est vrai, mais la masse "mms" de l'ensemble équipage mobile/membrane est généralement  élevée, et l'on retombe dans les basses type tuning automobile ou sonorisation, pas dans la haute fidélité. Supravox constructeur Français internationalement reconnu avait compris cela depuis bien longtemps, pour reproduire du "vrai" grave, rapide, ferme et naturel, il faut du volume, de l'absorbant et de la rigidité.


Pour conclure, la bonne reproduction des fréquences basses, est un parfait compromis entre le diamètre de votre boomer, son volume de charge arrière,  l’absorption de la résonance de caisse. Et cela va de soi, l'utilisation d'un boomer Hifi performant, pas d'un  subwoofer automobile. Privilégiez donc les enceintes de grands volumes avec des boomers de petits diamètres aux modèles avec des 38cm dans 50 litres de volume, j’exagère mais pour comprendre, l'image est bonne.
Ce que j'ai écouté de mieux à ce jour dans les graves, était au festival du son Porte Maillot en 1975. Des 4350 JBL équipées en K140 JBL avec des amplis Citation Harman, des basses qui vous shootent le ventre et font trembler les pantalons. Pas de traînage et une définition dans le grave incroyable, ceux qui étaient présents ont étés contaminés par le virus JBL à tout jamais. Je persiste encore à dire que les K140 sont encore ce qui ce fait de mieux a l'écoute, les boomers modernes encaissent bien plus de puissance mais la masse de l'équipage mobile à augmenté aussi et la dynamique en à pris un coup. En deuxième position, viendrait les Supravox Goliath, monstres de l'audio désormais disparus.(snif!). Les andantes studio de 3A avec un 38cm de Foster asservi étaient également pas mal dans le genre, du "vrai" grave! et pas du "Boomboom" monocorde et mou.

Deux morceaux pour tester les graves (ultime test)

- Fly Robin Fly - Silver Convention (1975), les drums doivent avoir des notes distinctives et tendues.

- Baby blues - Barry White, l'impact dans le grave doit être court, ferme, et à fort volume votre corps ressent l’attaque de l'onde sonore.

Conseil : Commencez par découvrir les morceaux par une écoute au casque (de qualité) et comparez avec le rendu de vos enceintes.

  

Les pavillons et compressions.

Connues depuis l’ère du porte-voix, celles-ci sont toujours présentes dans le monde de la reproduction sonore. Ce principe comme tout système de reproduction a son lot de qualités et de défauts.
L'utilisation d'un pavillon augmente le rendement dans un grande proportion au détriment de la directivité et un timbre ou un effet de cornet, ceci est du a sa forme et à la résonance qui en résulte. Depuis longtemps les ingénieurs en acoustique se débattent pour trouver la forme parfaite, arlésienne?., en tout cas les progrès sont là et les pavillons d'aujourd'hui nous régalent par leurs qualités.
Nous n'entrerons pas dans le domaine des  pavillons de graves car ils restent trop encombrants et pas adaptés à un usage domestique, ces grands pavillons restent l'apanage des salles géantes, et la puissance admissible des boomers de dernière génération rattrape le rendement perdu par des caisses bass-reflex.
Les pavillons et les compressions sont conçues pour travailler en tandem, même si les liaisons sont interchangeables, une compression d'un modèle donne une courbe de réponse différente en fonction du pavillon sur laquelle elle est couplée. Ceci pour bien comprendre que ce mariage compression/pavillon n'est pas le fruit du hasard mais celui des travaux d'ingénieurs en chambre anéchoïque. Si pour la sonorisation cela ne prête pas trop d'importance, en revanche pour la haute fidélité c'est capital.
Le principal avantage des compressions est celui de pouvoir fonctionner parfaitement avec de très faibles masses mobiles, en effet le rendement apporté par le pavillon permet aux diaphragmes d'être de petits diamètres. De ce fait la réponse impulsionnelle est bien meilleure qu'avec des médiums traditionnels plus lourd et par principe moins rigide. La directivité est aussi contrôlée par la forme du pavillon ce qui limite les réflexions indésirables par les parois des locaux d'écoute. 
Le marché a évolué en ce sens et les compressions en 2 pouces se voient réservés à l'usage de sonorisation à forte puissance. Les compressions modernes (en 1 ou 1.5 pouce) couvrent maintenant toute la gamme de fréquence de 1khz à 20khz avec une bonne linéarité.
Les calculs en informatique ont permis aussi la création de pavillons avec de très large dispersion et une superbe linéarité, on est loin des pavillons multicellulaires et des lentilles acoustiques, performants pour l'époque et d'un coût de fabrication exorbitant et désormais obsolète. Pour s'en convaincre il suffit de regarder le chemin parcouru par JBL entre les pavillons lentilles 2390 (1950) et ceux sur le dernier monitor M2.
Sachez cependant que la coupure basse du filtre passe haut avec un pavillon doit être supérieure à la longueur d'onde correspondant à la plus petite dimension de la bouche du pavillon. Le non respect de cette règle, vous emmène droit dans le chapitre des pavillons avec un "son de canard".
 

Pavillon géant d'origine Japonaise
Pavillon géant d'origine Japonaise
Test de différents pavillons et compressions
Test de différents pavillons et compressions

 

Pour avoir écouté pendant des années la gamme complète des pavillons et lentilles acoustique de JBL, il résulte que le modèle HL 90 (2395) est celui qui offre un rendu sonore le plus naturel. Malheureusement les dimensions imposantes le réserve à un usage professionnel à moins d'avoir un conjoint rempli de compassion.

Quand au 2360 JBL de la nouvelle génération de pavillons à directivité constante c'est encore pire, pour la maison c'est un cas de divorce.

Il semble que les lentilles acoustiques soient reléguées au rang de pièces de collection au vu du coût de fabrication. Les pavillons modernes ressemblent de plus en plus à des guides d'ondes.

La gamme horn lens, pavillons et lentilles acoustiques, le vrai JBL USA de légende
La gamme horn lens, pavillons et lentilles acoustiques, le vrai JBL USA de légende
Les pavillons à directivité constante
Les pavillons à directivité constante

Les lentilles acoustiques

Ce sujet est particulièrement complexe et peu développé sur ce qui est publié dans les articles sur internet. Sans avoir la prétention d'en connaître plus que les autres acousticiens sur le fonctionnement de ces lentilles, ce qui suit en un condensé qui va nous permettre de mieux comprendre ce qui se passe quand une onde sonore passe à travers.

Il y a deux principes connus les lentilles à trous perforés et celles en lamelles parallèles qui sont conçus pour disperser par leur formes et leurs dimensions les ondes sonores. Ceci pour obtenir une courbe de réponse la plus linéaire dans et hors de l'axe du pavillon diffuseur. Ces deux types de lentilles sont liées aux caractéristiques acoustique du pavillon qui les supporte, l'un et l'autre sont indissociables car conçus pour fonctionner ensemble. La dimension de ces pavillons/lentilles est proportionnée à la bande passante reproduite. Cette bande passante est limitée  dans les fréquences basses par le volume extérieur et par la dispersion dans les fréquences aiguës .

La distance parcourue d'une onde acoustique dans un pavillon se modifie en fonction de la fréquence. Il en est de même dans une lentille acoustique. Dans un pavillon plus les fréquences aiguës sont élevées et plus elles sont retardées. Dans le passage d'une lentille acoustique plus les fréquences sont basses et plus elles sont retardées..Le mariage adéquat d'un pavillon et d'une lentille rétabli ce retard dans une bande de fréquence précise.

 

Les lentilles acoustiques
Les lentilles acoustiques

Il est donc indispensable de faire fonctionner nos "horn/lens" dans la zone de fréquence pour laquelle elles ont été conçues. Les lentilles devant un haut parleur à cône sont en majorité un artifice esthétique sauf à de rares exception comme le médium des L 222 de JBL. Le résultat est formidable quand le concept est bien formé, le 2395 de JBL, le H450 de Fostex sont sans équivalent encore de nos jours. Les audiophiles aguerris ne changeraient pour rien au monde leurs précieuses lentilles.

Les lentilles acoustiques sont aujourd'hui peu employées car elles sont coûteuses à la fabrication. Elles sont encore un excellent moyen de reproduire le médium aiguë dans nos enceintes Haute fidélité. 

un guide d'ondes High Definition Imaging (HDI)
un guide d'ondes High Definition Imaging (HDI)

Conclusion :
 Les compressions et pavillons pour la "haute fidélité" sont une excellente solution dans le médium aiguë mais ceux -ci restent onéreux. Ils sont moins sensibles  à la présence de parois grâce à leurs directivité contrôlée. Pour une écoute domestique à faible niveau et dans de petites pièces d'écoute préférez les hauts parleurs à dômes, et n'oubliez pas que vos oreilles restent le meilleur juge.

Influence de la taille du support sur les haut-parleurs.

influence des parois d'un auditorium
influence des parois d'un auditorium

 

 

 

 

Certains d'entre vous connaissent les microphones PZM, ceux-ci utilisent une position plaquée sur un support plan. Cette position recherchée, la plus proche d'une grande surface soustrait les ondes sonores réfléchies ou indirecte à l'enregistrement. Les avantages sont une meilleure courbe de réponse et une bien meilleure intelligibilité du message sonore.

Il en va de même pour nos enceintes et tout particulièrement les médiums et tweeters ou la faible longueur d'onde fait que la présence d'une surface réfléchissante modifie considérablement la courbe de réponse et de ce fait la qualité de reproduction.

Cette caractéristique se manifeste surtout sur les enceintes très étroites qui sont particulièrement sensible à la distance qui les sépare d'une paroi arrière réfléchissante et plus précisément pour les haut parleurs peu directifs dans le médium.

Les enceintes à pavillon médium ou avec un guide d'onde sont de ce fait moins sensible a ce phénomène inévitable.

Les enceintes panneaux font pratiquement abstraction du phénomène, cela se traduit par une directivité moins prononcée et un meilleur étalement en profondeur de la scène sonore, vous aviez bien sur compris que ce problème n’existe pas dans une chambre sourde. 

 

Le baffle plan ou infini et le baffle ouvert.

 

-Le baffle plan ou infini.

Le principe est de séparer l'onde sonore avant de celle de l'arrière par une surface qui peut-être un mur, une cloison ou un panneau. Ce procédé diffuse uniquement par l'avant du haut parleur sans récupérer l'énergie produite par l'arrière de ce baffle plan. Le rendement est par principe plus faible qu'une enceinte qui ramène l'onde arrière plus ou moins en phase avec celle de façade.

 Le principal avantage est de diminuer fortement la coloration et le son de boite des enceintes closes ou autres, et de profiter d'une résonance du haut parleur native. Cela permet de descendre très bas dans le registre grave si la suspension et le xms du haut parleur le permettent. Le baffle plan limite la reproduction dans le grave par la cote la plus faible de la surface de séparation correspondant a sa longueur d'onde. Le baffle infini ou "trou dans le mur"représente un panneau théoriquement avec une taille sans limite.

Seuls quelques privilégiés peuvent profiter de ce bafflage fabuleux, en général ceux qui ont conçus par avance et sur mesure leur salon d'écoute.

-Le baffle ouvert.

On aperçoit sur des sites DIY, forums et autres productions limitées, des photos d'enceintes ouvertes vers l'arrière, c'est une bonne solution pour diminuer la coloration, la réflexion de l'onde arrière sur le fond de la pièce d'écoute donne un agréable effet d'ampleur et de profondeur. Attention! ce n'est plus de la haute fidélité, on rajoute des informations qui n'existait pas dans le signal original. Chacun fait, fait ce qu'il lui plait..plait..

La solution presque parfaite du baffle ouvert pour le médium existe mais avec un volume conséquent. Il suffit d'absorber progressivement l'onde arrière par une série de filtres acoustique absorbants en passe haut et passe bas.

 

 

 

 Il est dommage que peu d'audiophiles eussent fait un pas de plus vers les "enceintes tableaux" à plaquer sur un mur. Je reste persuadé que c'est une solution aux problèmes d'acoustique de pièces liés aux emplacements des enceintes.

En dehors du fait qu'il est impératif que ce mur ne vibre pas, les courbes de réponse sont magnifiques et cela permet aussi, de bien se fondre dans une décoration pas trop Hifiste, et d'avoir la source audio à hauteur d'oreilles. 

Les enceintes Bertagni et Poly-planar restent la trace d'une solution aujourd'hui oubliée, je ne manquerai pas de vous signaler mes travaux dans ce secteur particulier.

 

Le taux de distorsion des enceintes acoustiques

Peu ou pas de constructeurs donnent les résultats de distorsions (harmoniques et intermodulation) sur leurs enceintes, et pour cause, ils sont mauvais, voire catastrophique. Peut-être les cachent-ils pour enrober de fumée la pitoyable mascarade commerciale qu'est devenue la Hifi. 
J'ai découvert un site commercial ou l'on essaye de décrire le son en fonction du type de câbles à vendre, un autre qui valorise a coups d'arguments pseudo techniques le "super câble secteur" meilleur que votre cordon d'alimentation. Faites une recherche et vous découvrirez rapidement des élucubrations cabalistiques dignes d'un film comique. 
Pour commencer nous allons découvrir une mesure test comme elle se doit d'être, claire et non valorisée par des bavardages commerciaux fallacieux.

Coube de réponse d'une YAMAHA NS 5000 (source HD fever)
Coube de réponse d'une YAMAHA NS 5000 (source HD fever)

Ceci est la courbe de mesure des (excellentes) enceintes NS 5000 de Yamaha, pas de tricherie sur la linéarité et l'échelle de mesure, c'est parfait et très professionnel. La réponse non linéaire et la chute rapide sous 70hz sont tout à fait normale en chambre sourde. Mais il manque le taux de distorsion, dommage.

Le taux de distorsion est primordial dans la restitution Haute fidélité, il est le révélateur de ce que nos haut parleurs sont capables de faire, transformer un signal électrique en onde sonore. Un peu comme le brouillard limite notre vision, la distorsion fait disparaître la précision et le détail de la restitution sonore.

La distorsion a plusieurs causes, transmission défectueuse dans la matière et la géométrie de la membrane, résonance fondamentale et ses harmoniques, non linéarité et asymétrie du système magnétique, saturation par le niveau sonore reproduit et mauvaise charge acoustique.

Un taux plus élevé dans les fréquences graves reste normal car les performances électromécaniques diminuent au fur et mesure que le haut parleur se déplace. Un taux de 10% sous 100Hz est peu audible, a l'opposé un taux de plus de 3% entre 400 et 2kHz (zone maximale de sensibilité de notre oreille), est facilement décelable en comparaison avec une enceinte plus performante. 
En général on découvre les taux de distorsions sur les documentations des constructeurs de Haut parleurs de qualité comme RCF, Beyma, Dayton, Peerless, Scan Speak, Seas, Usher, Vifa, Visaton mais pratiquement rien sur les enceintes à l'exception de Neumann et de trop rares exemples comme Acoustic Research dans les années 70.

Courbes de THD d'une enceinte Neumann KH420, Documentation Neumann
Courbes de THD d'une enceinte Neumann KH420, Documentation Neumann
Acoustic Research LST
Acoustic Research LST

Dans ce domaine encore, l'argumentaire commercial l'emporte sur les véritables résultats non révélés dans les bancs d'essais.

Seul un test avec une comparaison d'un modèle connu de référence, et des mesures précises de distorsions est valable à niveau défini, et pas des textes farfelus qui vantent des qualités sans fondement de l'enceinte testée.
Conclusions :

 90% des tests sans écoute en aveugle et comparaisons des mesures indispensables (qui sont au minimum, courbes de réponses et taux de distorsions) sont bidons et le papier qui les supporte est bon pour "emballer le poisson". Le test idéal serait d'y ajouter, la réponse impulsionnelle et l'analyse du traînage (révélateur de la coloration).  Que sont devenus les formidables écoutes, mesures et descriptions de Jean Marie PIEL à l'époque de la "Revue du Son"?.

 

Les Bancs d'essais des enceintes acoustiques sans mesures de distorsions, ni courbes de réponse et sans comparaisons avec des modèles reconnus n'ont de valeurs que l'intérêt qu'on leur donne.

 

Les enceintes panneaux

Ces bien connues enceintes plates que sont les Magnéplanar, Quad, Gego et autres ont leurs lots de qualités et de défauts.

En dehors de l’esthétique plus que discutable de paravents dans votre salon, il y a le gros problème; celui de l’emplacement. Comme les mesures ci-jointes le démontrent, la distance entre la cloison ou le mur arrière modifie dans d'importantes proportions la courbe de réponse. Le fait de rapprocher ce type d'enceinte d'un plan réflecteur fait varier considérablement le niveau du grave et l'effet de profondeur du message sonore.  Avec la collaboration d'excellents auditeurs, le meilleur résultat obtenu est en éloignant d'au moins 1 mètre les enceintes du fond et des cotés de la pièce d'écoute.

On peut reprocher à ce genre de panneau diffuseur l'étalement d'une voix humaine dans un morceau musical et la directivité dans le plan vertical. Egalement le fait de renvoyer un signal sonore sur l'arrière qui modifie le message original, et fait que l'on s'éloigne de la vraie Haute fidélité, même si le plaisir est là. Voila pour le chapitre des défauts, les qualités elles, ne manquent pas.

Les enceintes sans bafflage appellées "ouvertes"n'ont pas de résonnances de caisses et peu de colorations. Elles ne souffrent pas non plus des retards d'informations liés à la géométrie des autres transducteurs en forme de cône. La faible masse de leur membrane est aussi un facteur de bonne réponse impulsionnelle. En général le rendement est faible, ce léger désavantage est ratrappé par la puissance des amplificateurs disponible aujourd'hui.

Avec une équalisation adéquate et un amplificateur musclé, en aidant l'extrême grave par l'ajout d'un caisson de basses, le plaisir est au rendez vous. Bref, si l'esthétique ne vous chagrine pas, avec pièce bien adaptée et une électronique en harmonie, vous trouverez votre bonheur avec une excellente définition et une faible coloration.

 

Les Haut Parleurs coaxiaux.

Cette rubrique est placée bien après les principes électroacoustique décrits dans les "Chroniques d'un hifiste" car sans la compréhension parfaite du dimensionnement des haut parleurs et des fréquences de coupure, le développement qui suit resterait incompris.

Nous savons que la reproduction sonore de tout le spectre audible par une seule membrane est une gageure. Incorporer un tweeter au centre du haut parleur semble une solution idéale.  Le principe du coaxial limite le déphasage lié à la distance entre le boomer et la compression aiguë, et l'image des plans sonore se voit idéalement groupée en un point source. L'encombrement des enceintes est aussi diminué, cet avantage a vite fait de s'imposer dans la sonorisation "Public adress" et les haut parleurs de voitures.

Le marché automobile propose des gammes de soit disant coaxiaux, ce terme devient généraliste, ces haut parleurs sont simplement un large bande avec un tweeter séparé et  positionné devant le corps principal. Un vrai coaxial dispose de deux membranes disposées concentriquement avec partage ou pas du système magnétique. Après une présence imposante dans les enceintes de haut de gamme du marché de la Hifi et de la sonorisation, l'avance technologique a fait son chemin et les premiers Westrex et Altec disponibles avant les années 70 sont rapidement dépassés et les composants devenus rarissimes. 

 

 

 

 

 

 

 

Tannoy la plus connue des constructeurs de coaxiaux avec Altec Lansing et Urei, nous montre par ce schéma l'évolution technologique du principe.

La distance entre les deux diaphragmes s'est rétrécie, il en résulte une mise en phase et une réponse impulsionnelle bien meilleures, les anciens modèles sont rapidement devenus obsolètes.

 

 

 

Les premiers modèles coaxiaux utilisait un pavillon indépendant pour les fréquences hautes, qui malheureusement avait tendance à perturber la diffusion des ondes sonore de la membrane principale, surtout à la fréquence du filtre de coupure. 

La nouvelle génération utilise la membrane principale comme pavillon, les performances sont incomparablement supérieures.

Certains audiophiles sont des aficionados du coaxial, Tannoy et ses "Gold Monitor" y est pour beaucoup. Urei a eu aussi son heure de gloire. On apprécie rapidement la cohérence de la reproduction, résultat de la concentricité de la membrane et du diaphragme aiguë.

Cette source ponctuelle est moins sensible à la position de l'auditeur hors de l'axe que les systèmes à haut parleurs séparés.

En dehors des qualités liées à leurs géométrie on peut reprocher aux coaxiaux :

-La fréquence de coupure du filtrage de la majorité des coaxiaux est dans la fourchette des 500 -4kHz (zone de sensibilité maximum de notre oreille) néfaste à la précision et à l'étalement du médium.

- Le diamètre important (nécessaire pour une coupure sous 800Hz) de la compression limite la bande passante et la définition dans l’extrême aiguë. 

-La taille du coaxial limite le diamètre du transducteur placé dans la bobine mobile principale, les petits diamètres de coaxiaux sont donc a proscrire.

Pour l'utilisation en Haute fidélité, les coaxiaux sont une solution valable si leur taille est comprise entre 30 et 38cm.  En deçà de 30cm, le petit diamètre de la bobine mobile principale restreint le circuit magnétique et la coupure basse du moteur d'aiguë. Les fervents d'anciens modèles Tannoy rajoutent souvent un super tweeter au dessus de 12 kHz pour donner de la brillance.

Les coaxiaux Japonais n'ont pas eu le succès mérité, la recherche vers des formes plates les a conduit dans une impasse technologique ou le coût de fabrication les a condamnés. Tannoy reste le leader du marché des coaxiaux, JBL de son coté, en fabrique encore pour la sonorisation et les modèles à encastrer, la gamme Urei a tout simplement disparue.

Dans la M2 de JBL ont voit apparaître un nouveau type de compression à deux diaphragmes coaxiaux dotée d'un guide d'onde/pavillon qui semble largement prendre l'avantage dans le milieu des professionnels du son et des audiophiles aisés. La dispersion est bien supérieure car pas limitée par la forme de la membrane des coaxiaux.

 

JBL Pro D2430K D2 Dual Diaphragm Dual Voice Coil Compression Driver
JBL Pro D2430K D2 Dual Diaphragm Dual Voice Coil Compression Driver

 Cette solution me semble avantageuse, une deux voies avec une fréquence de coupure vers 800Hz (ou moins) et dotée d'une compression à deux membranes coaxiale, peut être la solution d'avenir?..

 

Les haut parleurs passifs ou radiateurs passifs

Le boomer JBL K 140

Pourquoi le K 140 JBL est-il le meilleur boomer 38cm jamais fabriqué?


En premier critère, le support des bobines mobiles, les K 140 sont en Kapton comme les LE 15 et ceux de la génération avant le passage à l'aluminium. Les bobines mobiles enroulées sur de l'aluminium sont un exemple parfait du frein de Foucault. Le freinage est proportionnel au déplacement de l'aluminium (ou autre métal conducteur de l'électricité) dans un champ magnétique. Cette matière présente un avantage et beaucoup d'inconvénients, en effet, pour nos haut parleurs ce courant de Foucault agit comme un filtre passe haut en coupant la descente dans les basses fréquences et leurs grands déplacements, cela est parfait pour la tenue en puissance et la dissipation thermique, la sonorisation mais pas pour la Hifi. 

Les bobines mobiles en Kapton et en aluminium
Les bobines mobiles en Kapton et en aluminium

 

 

Un exemple pour illustrer le fossé entre deux types de bobines mobiles.

La bobine de gauche est celle d'un 2220 JBL, légèreté et support en Kapton et papier traité, le fil en ruban plat des bobines est de faible largeur pour obtenir le rendement maximum. 

La bobine de droite est celle d'un 2225 JBL , le support est en aluminium, le fil en ruban plat est de grande largeur, cette bobine est conçue pour recevoir le maximum de puissance et la plus efficace dissipation thermique.

L'écoute est sans comparaison, d'un coté un boomer Hifi à grand rendement, de l'autre un Boomer pour la sonorisation.

Pour la reproduction des basses fréquences sous 70Hz, le kapton est parfait car complètement insensible à ce freinage et est idéal pour les performances dans le registre grave, cette caractéristique se retrouve par la valeur du qms (élevé pour les haut parleurs de qualité)
Le xms ou déplacement maximum de l'équipage mobile (en dehors de la suspension) est tributaire des dimensions de la bobine et de l'épaisseur de l'entrefer. Ce xms est révélateur du déplacement mais aussi du rendement. Paradoxe physique, si le déplacement de l'équipage mobile augmente , le rendement diminue et vice et versa. Le K 140 est un parfait compromis entre le xms, la masse mobile,  la rigidité de la membrane et la géométrie du système magnétique.

Nous connaissons l'histoire de la disparition des aimants alnico et de leurs remplacements par mesure d'économie par des ferrites, palabrer sur ce sujet est inutile. Par ailleurs, le diamètre important de la ferrite en lieu et place de l'alnico dans le système magnétique des haut parleurs, freine la libre circulation et l’absorption de l'onde arrière.
Les  boomers  de dernière génération à aimants néodyme et aux bobines doubles sont désavantagés par une augmentation inévitable de la masse mobile et du traînage qui en résulte. Les boomers d'Altec et de Gauss s'ils bénéficient d'une réputation solide n'ont pas le punch incroyable du JBL K 140. L'analyse des caractéristiques électromécaniques de ce boomer, sa géométrie, en font un savant mélange difficile à battre. A quand un come-back du modèle avec une membrane carbone?..

On trouve encore des K 140 à la vente en excellent état, choisissez ceux avec la membrane d'origine, éliminez les montages de châssis et de membranes différents.

 

L'introduction de l'électronique active sur les hauts parleurs

L évolution de la reproduction haute fidélité est liée directement aux performances des hauts parleurs, maillon faible de la chaîne du traitement de l'information.
Les constructeurs s'orientent petit à petit vers le contrôle par l'électronique du signal audio pour corriger les défauts des transducteurs électrodynamiques que sont nos enceintes. 

Les  plus célèbres pionniers à avoir œuvrer dans ce sens sont :

-Bose et ses corrections actives de l'amplification.

-Servo sound et 3A avec l'asservissement par la boucle de contre réaction.
-PHILIPS avec le contrôle de déplacement des membranes par un accéléromètre (MFB).
Ces solutions permettent avant tout de diminuer le volume des enceintes par un rattrapage du niveau et de la distorsion dans les basses fréquences.
 Par ailleurs, les transformations du signal par l'utilisation d'un filtre passif sont minorées en utilisant une "multi amplification" (soit un amplificateur par type de haut parleur) à l'aide d'un filtre actif. Cette voie ouvre l'assemblage de composants difficiles à marier ensemble  et minimise le filtre passif qui deviendrait une "usine à gaz". Cette solution permet aussi de corriger des irrégularités dans les courbes de réponses.
 Pour exemple, un filtre passif sous 250Hz avec une pente de 12db/octave dont les composants sont onéreux et volumineux.
A ce jour les plus performantes enceintes du marché fonctionnent avec ce principe, filtrage actif, multi-amplification avec réglage de niveau pour chaque haut parleur, et corrections pour permettre au mieux une adaptation à l'acoustique des pièces d'écoutes.

DBX DriveRack 260
DBX DriveRack 260

Voici un parfait exemple de ce que nous offre la technologie d'aujourd'hui le DBX Driverack, une boite a outils complète pour la reproduction sonore.

Tout y est ou presque, équaliseur, compresseur anti-larsen, filtre actif et passe haut et  j'en oublie..

Avec un micro étalon, on peut rattraper les défauts de votre salle d'écoute, ou du moins les minorer, enlever les signaux infrasonores si néfastes pour nos boomers, fixer une limite a la puissance, et pourquoi pas s'essayer à la multi-amplification.
Malheureusement cette solution (complexe à bien régler) reste l'apanage des studios d'enregistrement et aux audiophiles qui ne lésine pas avec leurs passions.

JBL M2
JBL M2

 

 

Vraisemblablement ce qui ce fait de mieux aujourd'hui dans les enceintes disponibles professionnelles.

La JBL M2 contrôlée et gérée par une informatique adéquate et une multi-amplification Crown dédiée Crown I-Tech 5000 HD & 4X3500HD .Ce modèle est en train de remplacer la majorité des monitors de studios d'enregistrements et envoie au placard la génération précédente.

Pour une écoute à la maison, c'est pas cadeau, mais vous en avez vraiment pour votre argent.

Les audiophiles remarqueront que tous les principes physiques  de l'acoustique pour une reproduction parfaite sont respectés.

La presse internationale et les "pros du son" sont unanimes, ces enceintes sont excellentes.

Ce modèle est l'exemple même de ce chapitre, l'amélioration des performances par le mariage parfait de composants performants à une électronique spécialement conçue.

Le Grand coup de cœur de sonhifipassion

Les JBL M2, sont l'alliance de l'évolution électro-acoustique et de l'électronique active dédiée et signe la fin des modèles vintages professionnels devenus complètements obsolètes (JBL 43&44xx, Tannoy, Elipson,) Amen +.

 

 

 

L'évolution des produits modernes de qualité dans la reproduction sonore se divise en deux directions.

 

-La première fait usage d'une électronique de plus en plus sophistiquée pour corriger les défauts des enceintes et permet de réduire au maximum la taille.

-La seconde voie est celle de l'amélioration des performances électro-acoustiques sans limitation du design et du volume et la complicité d'une électronique corrective adéquate.

D'un coté les petites boules bombées d'électronique, de l'autre des enceintes de grande taille avec une chaîne d'éléments d'amplification minimum, l'avenir nous montrera qui avait raison...

Pour ma part, il n'y a pas photo! demandez au démonstrateur de vous faire entendre l'impact d'une grosse caisse ou des tambours géants Japonais sur ces petits ballons de foot si connus, et ce même morceau sur des grands monitors JBL, Tannoy ou Westlake,  sans commentaire... 

 

Principes électroacoustiques pour la reproduction en Haute Fidélité.

La dispersion des ondes sonores dans les basses fréquences

 

L'utilisation de multiples points de reproduction du grave crée des ventres et des nœuds dans la courbe de réponse.

(source des schémas "Hornplan.free.fr")

 

 

 

 

 

Un exemple de dispersion des basses fréquences sur un caisson de grave central

 

 

 

 

Dispersion des basses fréquences avec deux sources séparées

 

Pour obtenir du niveau dans le grave, la multiplication des caissons de basses est une solution, mais pour la Haute fidélité, c'est une catastrophe, les lobes de dispersion sur ces relevés sont éloquents. La reproduction du grave sous 120Hz par une source unique est une excellente solution et minimise les déphasages quelque soit l'acoustique de la pièce d'écoute.

Tout est une question de longueur d'onde, la dimension de votre pièce d'écoute détermine la fréquence la plus basse reproduite sans inévitables déphasages. Une longueur de 5 mètres pour la plus grande longueur de votre salon d'écoute correspond a une fréquence de 300m/5m = 60Hz, ce qui est reproduit en dessous de cette fréquence par des sources stéréophonique (ou plus de canaux) est inévitablement déphasé par la distance entre les sources sonores et votre point d'écoute. Le caisson de grave monophonique évite ce déphasage dimensionnel  et n'est soumis aux lois de l'acoustique uniquement que par la réflexion des parois. La diffusion des basses fréquences est homogène sur pratiquement l'entière surface de votre salon d'écoute.

 L'emplacement du caisson de grave sous 120Hz est difficilement décelable à l'écoute car la grande longueur d'onde ne permet pas à nos oreilles de localiser la source des basses fréquences.

Après de multiples essais sur la fréquence de coupure la plus appropriée, le 80Hz est un excellent compromis pour la Haute fidélité. Une coupure plus haute est a réserver pour des petites enceintes comme les Bose ou le TR100 de 3A. Petit à petit le principe fait son chemin et la formule du triphonique gagne du terrain. L'essayer c'est l'adopter!

 

Système avec caisson de basse monophonique JBL L212
Système avec caisson de basse monophonique JBL L212

 

 

Un sonorisateur qui s'y connait, enfin!.. On reconnait la position centrale des caissons de basses, même en plein air on entend la différence. 

Tous ceux qui me suivent sur le site et qui travaillent dans la diffusion sonore après quelques essais sont unanimes, pour dire que la diffusion monophonique sous 80Hz est incontestablement meilleure que les deux châteaux en sonorisation traditionnelle.

Causes et particularités du relief sonore

   Un sujet peu ou jamais abordé est celui de la focalisation en profondeur de la scène sonore. Si votre source audio est de qualité, les ingénieurs du son ont modélisés un étalement en profondeur des différents instruments de votre enregistrement. 

la spatialisation sonore par le mixage
la spatialisation sonore par le mixage

 Lors de la prise de son en multicanaux le mixage étale en profondeur les différents instruments qui jouent dans le morceau, pour se rapprocher le plus possible du message musical idéal. Ce mixage multicanaux permet de faire abstraction des défauts inévitables dû à l'acoustique des locaux, ou de créer une scène sonore impossible a composer

 

enregistrement par une tête artificielle
enregistrement par une tête artificielle

Dans le cas d'une prise de son en direct avec deux micros comme une tête artificielle CHARLIN, ce mixage n'a pas de raison d'être, comme avec les petits enregistreurs portables numériques de TEAC (DR 07 mkII par exemple).

Ceux qui ont la chance d'avoir écouté une vraie bande"master" connaissent le fourmillement d'informations de l'enregistrement, avec les petits bruits plus ou moins désirés qui font la richesse et la vie du morceau musical. L'étalement de cette information est de plus de 90db pour un orchestre symphonique, pour cette raison, la majorité des prises de son compriment la dynamique et les transitoires trop dynamiques a reproduire dans notre salon.

Par conséquences, il est illusoire d'essayer faire de la haute fidélité en n'ayant pas des conditions équivalentes à celle du mixage, c'est à dire l'isolation acoustique et la qualité de reproduction. Le casque est un moyen aisé de découvrir la richesse et le détail des enregistrements, car il isole (de préférence) du bruit extérieur et ses très faibles masses de sa reproduction électromécanique participent à une restitution Haute fidélité. On est loin des pièces d'écoute avec un bruit de fond permanent, des voisins gênants ou vigilants aux perturbations générés par notre chaîne Hifi et au stress de notre milieu ambiant.

Une reproduction par des enceintes est bien plus complexe qu'un casque audio mais cela en vaut la peine car une partie du signal sonore est ressenti par notre corps sous forme de vibrations et d'impacts d'ondes sonores. Les bienheureux fans de son savent ce que la proximité d'une grosse caisse veut dire.

La spatialisation est la synthèse des micros informations qui composent le signal des instruments et celles du retour du signal renvoyé par l'emplacement dans la salle retardé et /ou réverbérant. Vos enceintes se doivent d'être capables de reproduire ces micro-informations, dans le cas contraire l'absence de celles-ci, retire la profondeur de la scène sonore et transforme la richesse du signal en un panneau sonore sans relief.

Plus ces détails dans le signal sont présent et plus vos oreilles (à l'aide votre cérébral) vont reconstituer l'espace tridimensionnel de la scène sonore. Chaque instrument par ces micro-informations trouve sa place dans la reproduction de la salle d'enregistrement avec sa position en profondeur comme en latéral. 

En finalité, l'idéal est une surface réverbérante au milieu de vos enceintes (jamais de matériel) et une pièce semi absorbante pour profiter d'un léger retour par l'arrière comme dans une salle de concert, même si se petit retour n’était pas dans le son original.

La position latérale de vos enceintes (ou la distance qui les séparent des cloisons ou murs) se perfectionne avec une comparaison au casque, la différence fondamentale entre vos enceintes et le casque, c'est la profondeur et la position des instruments en face de vous pour les enceintes, et pour le casque une position des instruments au dessus et latéralement de votre tête. 

Les amplificateurs participent aussi aux qualités indispensables pour la reproduction de ces micro-informations. La contre réaction et un facteur d'importance pour le bon mariage entre vos enceintes et l'amplification, et là rien ne remplace la comparaison en aveugle, car bien souvent, si un câble ou l'autre ne change rien, un ampli X ou Y cela s'entend vraiment facilement (sauf pour les sourds bien entendu).

 

 

Les filtres passifs

Le filtrage passif, ce qu'il faut savoir.

 

Ces quelques constatations en analysant bien le schéma ci dessus vont vous permettent de bien comprendre l'action et la réaction des composants d'un filtre passif. Vous trouverez facilement des articles précis sur ce sujet par le Net, je laisse la difficile démonstration théorique aux matheux et autres scientifiques.

Pour simplifier :

-Un condensateur relié en série sur un tweeter agit comme un passe haut par une augmentation d'impédance de la bobine mobile dans les basses fréquences .
-Une self en série sur un boomer agit comme un passe bas en augmentant l'impédance dans les hautes fréquences.

Dans le cas du MS 130 en mesure, pour éliminer la bosse en fréquence de 5500Hz et le coupler parfaitement avec le mini planar Dayton, on s’aperçoit que :
Une self en série même d'une valeur élevée ne suffit pas, avec un condensateur en parallèle en plus, la bosse disparait, mais.. ce couple self condensateur modifie aussi la courbe de réponse par une augmentation linéaire du niveau dès 1 kHz jusqu'à 6kHz ou la courbe chute rapidement. Cette caractéristique est l'expression de la loi de la conservation de l'énergie, ce qui est absorbé dans les hautes fréquences par le condensateur est restitué par une augmentation du niveau dans le médium (dans ce cas précis). Par voie de conséquences plus les composants d'un filtre passif sont nombreux et plus l'information est torturée par l'action et réaction des condensateurs. Les selfs ne sont pas en reste non plus car elles ont tendance à chauffer et à saturer à forte puissance.
L'usage de condensateurs spécialisés dans l'audio n'est pas un attrape nigaud, même les constructeurs d'enceintes Japonaises de haut de gamme utilisent des condensateurs européens de qualité.
Pour les selfs, utilisez des modèles a ferrite pour les boomers, des modèles à air pour le reste.

Sans entrer dans le domaine flou du retard causé par ces composants, la logique nous l'impose : moins il y a d'éléments dans votre filtre passif et meilleur sera le résultat. Il faut donc sélectionner des Hauts parleurs qui s'assemblent aisément pour simplifier le filtrage.

Cette sélection commence par le tri en fonction du rendement puis par la réponse en fréquence qui déterminera les valeurs des composants du filtre. Il est primordial de faire étouffer par ce filtre les zones ou les médiums et tweeters sont fragiles, soit proche de leurs résonance et les faire travailler dans la zone de leurs linéarités. Comme vu précédemment une pente à 6 db/oct est préférable par le peu de composants mais nous n'avons quelquefois pas le choix et une pente à 12db/oct est souvent nécessaire. Nécessaire pour raboter une bosse et aussi éviter de faire monter le boomer haut en fréquence surtout s'il est de grand diamètre.

 

Studio monitor Philips MFB  RH 545
Studio monitor Philips MFB RH 545

Enceintes acoustiques à plusieurs voies et le filtrage actif

Pour les petites enceintes de bibliothèque ou des satellites à niveau sonore moyen, un système à deux voies suffit. Pour les niveaux sonores très élevés, le système à trois voies devient presque obligatoire car il diminue le travail du boomer dans les hautes fréquences et évite au tweeter de descendre bas en fréquence ou sa capacité à recevoir de la puissance est limitée par sa géométrie et bien souvent par une non linéarité. Par ailleurs, on s’aperçoit que les meilleures enceintes sont des trois voies à de très rares exceptions. L'usage d'un medium qui couvre la zone de sensibilité maximale de notre oreille est un fait observable pour ces enceintes reconnues. En dehors des compressions et pavillons, un médium à dôme est bien souvent employé, comme les :
Yamaha NS 1000 & 5000, RCF scd 6000, 3A master control & référence 1000, Celestion ditton 551 & 66, Neumann KH 420,  Philips MFB RH 545. Non pas que les médiums à cônes soit moins bons, mais bien plus directifs.
Pour une écoute de proximité à niveau moyen, un boomer de 20 cm suffit, par contre pour les amateurs d’extrême grave, un 30 ou 38cm est de rigueur et pour les "fanas" de ressenti physique, un caisson mono en 46cm sous 60Hz est bienvenu.
Autre petite remarque, pour les tweeters rubans ou planar (comme pour les boomers avec les hautes fréquences), une grande surface augmente le rendement mais aussi la directivité par les longueurs d'ondes plus élevées que celle correspondant à la dimension maximale de la membrane. Peu d'entre nous peuvent découvrir la différence de restitution sonore au dessus de 14kHz, on se rend compte du manque de niveau mais pas des harmoniques et un tweeter qui monte à 30kHz est bien souvent un argument commercial.

Les enceintes à quatre voies et plus sont théoriquement conçues pour faire travailler chaque haut parleur de l"enceinte dans la zone de fréquence ou ceux-ci fonctionnent le mieux. C'est une solution digne d’intérêt, malheureusement le filtrage passif qui devient complexe fait perdre cet avantage.

La solution réside alors dans le filtrage actif, celui-ci remplace les composants d'un filtre passif audio qui sont : les selfs, les condensateurs et les résistances. Tous ces éléments inter-réagissent entre eux et modifient radicalement le signal sonore original, plus les éléments sont nombreux et plus les performances se dégradent.

 Le filtrage actif consiste a employer un amplificateur par type de haut parleur et de diviser les fréquences du signal  en petits segments par un filtrage en amont de l'amplification.

Ce principe permet d'avoir des pentes rapides de coupures et de générer moins de distorsions car le signal est traité à faible niveau de courant. Le nec plus ultra est le filtrage actif numérique car il n'y a plus de conversions analogiques multiples et les retards et déphasages liés aux composants n'existent plus.

Je pense avoir été un des pionniers à avoir testé la multi-amplification. Dès 1972, j'essayais le Sansui ECA 3 avec le claquage de mes tweeters AR (sic) par les erreurs de fréquence de coupure et les "pop" a l'allumage de l'amplification. Pour éviter cela, il faut protéger les médiums et tweeters par des condensateurs en série, et l'on retourne malheureusement au point de départ avec des composants passifs sur les haut-parleurs.

Il est toutefois possible d'éviter ces condensateurs de protection en allumant progressivement la chaîne de reproduction et de finir par les amplificateurs. L'extinction reprend le chemin inverse, amplis d'abord et le reste ensuite. Gare à l'erreur, vos précieuses membranes de médiums et tweeters ne supportent pas beaucoup les basses fréquences générées par la mise en service ou l’arrêt d'un élément quand l'amplification fonctionne, vous êtes prévenus!.

 

 

Sansui ECA 3 filtre actif et amplificateurs intégrés
Sansui ECA 3 filtre actif et amplificateurs intégrés

Mon avis est que la multi-amplification est parfaite pour les coupures dans les basses fréquences, ou les composants d'un filtrage passifs sont onéreux et complexes mais beaucoup moins justifiée pour les médiums et tweeters.

Faites les essais vous mêmes, l'expérience et les essais nous enrichissent par le savoir mais pas notre portefeuille..

 

Limites électromécaniques dans la reproduction sonore

Une certaine presse annonçait il n'y a pas si longtemps qu'un petit diamètre de boomer était une condition parfaite pour obtenir des basses dynamiques et en Haute fidélité.

C'est exact, la masse mobile d'un équipage mobile d'un boomer est plus faible sur un 13cm qu'un 30 ou 38cm et cela réduit le traînage. Mais la surface active est vraiment réduite et le xms (limite de déplacement de la membrane) à volume et fréquence égale se doit d'être beaucoup plus important.  Le paramètre qui détermine la quantité d'air déplacée par la membrane pendant l'excursion linéaire maximale est appelé "Vd. Ce paramètre se calcule comme suit : Xms (en cm) x Sd (en cm²). Le résultat est en cm3

Pour simplifier, quand un boomer de 30 cm reproduit du 40Hz et se déplace de 1mm, le petit 13cm doit se déplacer de 10mm(en charge close). Voila qui complique sérieusement le problème car les grandes excursions de la membrane sont synonymes de non linéarités et de distorsions.

La limite électromécanique est vite atteinte, une enceinte avec un petit "Vd" ne peut pas reproduire des niveaux sonores élevés dans les basses fréquences et par opposition un grand "Vd" permet d'atteindre les limites du registre grave avec aisance. Les audiophiles ont vite compris la solution, un petit diamètre dans la zone de 150 à 400Hz relayé par un caisson de grave (mono de préférence) avec un Vd conséquent est idéal. Dans cette configuration, le traînage est diminué dans le haut grave et d'autre part le niveau de distorsion sous 150Hz est peu décelable par nos oreilles.

Quand vous verrez des spécifications de constructeurs qui annoncent que leurs enceintes reproduisent du 30Hz avec un boomer de 20cm, sachez que c'est possible mais à très faible niveau. Il suffit de découvrir une fois le plus apporté par une reproduction puissante dans l’extrême grave pour en évaluer le manque. 

 Encore une fois pour bien reproduire du grave avec du niveau, il faut du volume et de la surface émissive.

 

La réponse aux transitoires

 

Les transitoires sont les passage très brefs et dynamiques du message musical, comme un coup de caisse claire, une timbale d’orchestre ou une cloche a percussion,

La bonne reproduction de ces petites explosions sonores apportent le réalisme qui manque bien souvent a l’écoute de nos chaines Haute fidélité. Il suffit se se trouver à proximité d’une batterie pour se rendre compte ce qu’est véritablement un transitoire.

 

 

La bonne reproduction de ces transitoires est liée à la faible masse des membranes de haut parleur et de la quantité de puissance en pointe disponible de nos amplificateurs.

Un excellent exemple est l’écoute d’une C50SM S8 JBL sur un ampli SAE, les percussions et ces fameux transitoires prennent vie et les impacts des instruments se font ressentir physiquement. Ce n’est pas le cas de l’immense majorité des chaines Hifi ou cette reproduction des transitoires est absente comme si le signal était passé par un limiteur-compresseur. Pour l’exemple, des KEF concerto sur un ampli DYNACO stéréo 70, le son est agréable mais sans punch et sans éclats, tout devient musique d’ambiance.

 

Bien malheureusement, la plupart des messages sonores en vente sur nos CD et Vinyles sont comprimés à outrance pour limiter ces fameux transitoires si difficile a bien reproduire. Une bande master ou un enregistrement direct sans compresseur donnent un signal parfait pour tester notre équipement audio, osez le test déjà entre un casque de qualité et des enceintes, la réponse impulsionnelle est un facteur crucial pour la reproduction en Haute fidélité.

Les pointes et les supports anti-vibratoires
Les pointes et les supports anti-vibratoires

L'isolation acoustique pour vos voisins et la lutte contre les vibrations parasites passe par les amortisseurs à charge variable.

L'ajout de masses et de socles anti-vibratiles abaissent la fréquence de résonance de votre système sans les éliminer.

 

Le rodage des Hauts parleurs.
Le rodage des Hauts parleurs.

Si vous avez tout lu jusqu'ici, vous êtes aussi mordus que le réalisateur de ce site, félicitations!

a suivre.. 

 

 

 

#les chroniques d'un hifiste.